Coronavirus : la clinique Saint-Jean l’Ermitage accueille des patients infectés par le Covid-19

La clinique Saint-Jean l'Ermitage accueille des patients atteints du Covid-19

Depuis la semaine dernière, la clinique Saint-Jean l’Ermitage de Melun accueille des patients atteints du Covid-19, sous assistance ventilatoire. Doctocare, l’opérateur de santé du groupe Doctegestio, démontre ainsi son investissement et sa capacité à être un acteur essentiel dans la lutte contre l’épidémie de Coronavirus, qui frappe la France depuis plusieurs semaines.

La prise en charge de patients sous assistance ventilatoire a pû être assurée grâce à la reconversion de la salle de réveil du bloc opératoire (SSPI) en salle de réanimation. “La clinique a pris, en un temps record, des mesures pour permettre l’accueil de ces patients. La super adaptabilité de nos services à permis de créer une unité de réanimation ainsi qu’une unité de soins continus en 10 jours seulement !” précise le Dr Cosson, président de la clinique Saint-Jean l’Ermitage. Au total, c’est 27 lits pour patients atteints du Covid-19 qui sont à disposition dans l’établissement (15 places de réanimation et 12 en unité de soins continus).

Interview du Dr Cosson dans France 3 Paris Île-de-France

Reprise des interventions chirurgicales urgentes 

Pour autant et malgré cette nouvelle mission dictée par l’urgence et la gravité de la situation, les interventions chirurgicales urgentes ou non reportables (chirurgie des cancers) reprendront dès le lundi 6 avril 2020. Les circuits sont parfaitement identifiés pour éviter les risques de transmissions inter-patients. 

Adaptation, collaboration et synergie pour prendre en charge les cas de Covid-19

Cette prise en charge des patients atteints du Covid-19 s’effectue en pleine collaboration et synergie avec le Groupement Hospitalier Sud Île-de-France (GHSIF 77). Une aile de la clinique, comptant 29 lits est mise à disposition du GHSIF pour leur permettre de libérer des places dans leurs unités à présent dédiées aux patients atteints du Covid-19.

Reconversion et aménagement du site, formation du personnel à la prise en charge de soins spécifiques et à fortes contraintes ont été les mesures prises. Tous les professionnels sont engagés pour une prise en charge optimale des patients atteints du Covid-19. Tous les services supports sont déployés pour assurer la disponibilité des matériels, protections EPI, médicaments, dispositifs médicaux et faire le lien avec les différentes institutions (ARS-FHP). “Nous restons concentrés sur ce qui prime : prendre en charge nos patients dans les meilleures conditions possibles” déclare Dr Cosson.

Bernard Bensaid, président du groupe Doctegestio, tient à remercier et féliciter l’ensemble du personnel soignant et administratif de la clinique Saint-Jean l’Ermitage pour leur investissement et professionnalisme, démontrant que les établissements privés ont un rôle déterminant à jouer dans la gestion de cette crise sanitaire.

Doctocare, opérateur santé du groupe Doctegestio renforce ses actions dans la lutte contre le Covid-19

doctocare actions covid-19

Doctocare et le groupe Doctegestio se sont engagés très tôt dans la lutte contre le Covid-19. Devant le développement rapide de l’épidémie et sa gravité les équipes de Bernard Bensaid mettent en place de nouveaux services pour accompagner l’action des pouvoir publics.

Dépistage Covid-19

Des dépistages du Covid-19 seront réalisés dès mardi 31 mars dans trois des centres de santé du groupe en région parisienne. Ce dispositif répond aux nouvelles instructions du Ministère des Solidarités et de la Santé qui demande désormais que les patients présentant des symptômes dans une forme simple ou modérée soient pris en charge par la médecine de ville.

Yesdoc.com, la plateforme de mise en relation patients-praticiens

Yesdoc.com, la plateforme e-santé du groupe Doctegestio et de be-ys, est dédiée à la prise de rendez-vous médicaux en ligne et plus largement au développement de solutions digitales, tant pour les professionnels de santé que pour les patients.

Pour les patients, Yesdoc permet de prendre rendez-vous en ligne avec un professionnel de santé, de préparer son admission, tout en étant protégé de la transmission épidémique.

Pour apporter son soutien aux soignants pendant la crise du Covid-19, l’ensemble de ces solutions e-santé, seront mises à disposition gratuitement sans aucun engagement de leur part.

Téléconsultations

Doctocare et ses praticiens sont disponibles en ligne pour réaliser une téléconsultation. Les échanges sont possible avec un médecin, pour l’informer de symptômes. Il en déduira le traitement nécessaire.

Pour effectuer une téléconsultation il suffit d’avoir une connexion Internet et un ordinateur équipé d’une webcam ou un smartphone équipé de l’application Hangouts Meet (iOS, Android).

Des téléconsultations 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 seront opérationnelles dans les prochains jours.

Pays de Provins – Privée d’activité la clinique Saint-Brice sera t-elle contrainte de mettre ses soignants et praticiens en chômage partiel ?

Pays de Provins - Privée d’activité la clinique Saint-Brice sera t-elle contrainte de mettre ses soignants et praticiens en chômage partiel ?

Alors que la crise sanitaire s‘amplifie en Ile-de France, et que des centaines de lits supplémentaires sont réclamés par les médecins, la clinique Saint-Brice, établissement du groupe Doctegestio, situé à 70 kilomètres de Paris reste vide. La Direction doit-elle mettre le personnel soignant en chômage technique pour alerter sur cette situation ubuesque ?

La clinique Saint-Brice, établissement du groupe Doctegestio, avait, dès que la demande de l’ARS lui était parvenue, déprogrammé l’ensemble de ses interventions pour accueillir en urgence des malades, du centre hospitalier Léon Binet de Provins. 

A ce jour, elle attend toujours ces patients. L’inquiétude des collaborateurs est grandissante. Plus encore, ils expriment leur honte et leur colère à être chez eux, alors que d’autres soignants à quelques kilomètres sont dans un niveau de fatigue extrême.

La direction du groupe veut comprendre la stratégie de l’ARS. S’agit-il d’erreur de gestion ou au contraire le vieux débat public-privé, resurgit-il même au cœur d’une crise majeure ? Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio aimerait comprendre.

Le groupe Doctegestio interpelle le Ministre de la Solidarité et de la Santé, les pouvoirs publics, les acteurs politiques locaux qui sont en plein cœur de la crise, pour faire revenir à la raison les décideurs sanitaires et mettre fin à cette injustice et peut-être pour éviter un scandale sanitaire dans cette région.

Covid-19 : Des hôpitaux publics saturés, les cliniques Doctocare prêtes à accueillir des malades restent vides

covid-19 cliniques doctegestio

Le Coronavirus continue sa progression implacable et touche désormais plus de 10 000 personnes en France. Les hôpitaux publics sont saturés, les malades sont évacués des régions les plus touchées vers d’autres régions.

Pourtant les hôpitaux privés prêts à recevoir les personnes infectées restent vides.

Alors que les établissements hospitaliers publics sont débordés par l’afflux de malades du Coronavirus, atteints pour certains d’une détresse respiratoire qui nécessite un lit de réanimation pour plusieurs semaines, le secteur privé tourne au ralenti.

Les 9 cliniques Doctocare, l’opérateur médical du groupe Doctegestio, ont reçu l’ordre par les ARS, avant le début de la période de confinement de déprogrammer toutes les opérations et les soins pour laisser de la disponibilité afin d’accueillir les malades touchés par le coronavirus. A ce jour, les cliniques et leurs équipes attendent toujours ces malades en regardant les journaux télévisés qui montrent par ailleurs la saturation des hôpitaux publics.

De plus, les mesures de compensations financières qui doivent permettre d’assurer les revenus nécessaires au paiement des salaires, des praticiens et des charges seraient remises en cause. Ce risque génère une inquiétude majeure chez les salariés.

Quelles sont les raisons de ces incohérences ? S’agit-il d’erreur de stratégie dans la gestion de la crise sanitaire ou au contraire, d’une stratégie bien maîtrisée qui pourrait mettre en difficultés ces établissements afin de les nationaliser plus facilement ?

Les praticiens et les salariés du groupe Doctegestio attendent des explications des pouvoirs publics.

Covid-19 : Les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé

faq covid-19 doctocare

Coronavirus : Doctocare propose la téléconsultation pour limiter la propagation de l’épidémie

teleconsultation doctocare

Dès le lundi 16 mars, les centres de santé Doctocare, opérateur médical du groupe Doctegestio, donnent à leur patientèle la possibilité de réaliser des téléconsultations 7j/7 de 8h00 à minuit.

Par la mise en place de ce dispositif, Doctocare entend participer à la protection des personnes et des praticiens dans le cadre de la crise sanitaire majeure liée à l’épidémie de Covid-19 qui touche actuellement notre pays.

Comment téléconsulter ?

La plateforme de téléconsultation est disponible 7j /7 de 8h00 à minuit. Après avoir pris téléphoniquement un rendez-vous auprès du centre de santé Doctocare choisi, la téléconsultation se réalisera très simplement par l’intermédiaire de deux terminaux (smartphone, tablette, ordinateur) installé de part et d’autre, l’un chez le médecin, l’autre chez le patient. Tous deux seront connectés grâce à l’application de visioconférence en ligne “Hangouts Meet” permettant un échange vidéo et son.

Situation liée à l’épidémie de Coronavirus

Dans un communiqué de presse paru le 9 mars 2020, le ministre de la Santé a indiqué vouloir faire des professionnels de santé de ville « les premiers acteurs de la gestion sanitaire » de l’épidémie de Covid-19. Afin de garantir l’accès des patients à un médecin, un décret visant à « assouplir les conditions de réalisation de la télémédecine » a ainsi été publié le 10 mars 2020.

L’objectif de cette décision est de désengorger les urgences qui ne recevront plus que les cas graves et permettre aux patients soupçonnant une infection au nouveau coronavirus de bénéficier d’une consultation, tout en évitant des déplacements et ainsi de potentielles contaminations dans les salles d’attente des cabinets médicaux.

Depuis le 15 septembre 2018, la téléconsultation est remboursable par la Sécurité sociale si elle s’inscrit dans le parcours de soins, c’est-à-dire si elle est approuvée par le médecin traitant et si le patient a eu au moins une consultation physique avec le médecin téléconsultant au cours des 12 derniers mois.

A partir du 10 mars 2020 et jusqu’au 30 avril, l’obligation de passer par son médecin traitant est levée. Chaque patient pourra bénéficier d’une téléconsultation si nécessaire, avec n’importe quel médecin généraliste téléconsultant.

Covid-19 : quels comportements adopter ?

Covid-19 : toutes les opérations chirurgicales non-urgentes sont déprogrammées dans les cliniques Doctocare

Depuis le samedi 14 mars à minuit, le premier ministre a annoncé la fermeture de tous les « lieux recevant du public non-indispensables à la vie du pays ». Restaurants, bars, discothèques, cinémas sont donc actuellement fermés. Les commerces sont aussi touchés, à l’exception des magasins alimentaires, pharmacies, magasins d’optique et audioprothésistes, banques, bureau de tabac ou encore stations-essence.

Une mobilisation générale dans l’ensemble des cliniques du groupe Doctegestio

Le Président la République, Emmanuel Macron a demandé jeudi 12 mars, la  « déprogrammation immédiate des interventions chirurgicales non-urgentes avec réanimations post-opératoires », soit les opérations sous anesthésie générale, pour libérer des lits de réanimation afin d’accueillir les victimes de l’épidémie de Coronavirus. 

Cette décision est le résultat de l’activation « du niveau 2 du plan blanc », qui avait été « préparée avec tous les hôpitaux et cliniques ». Les 9 cliniques Doctocare reportent donc l’ensemble de ces opérations chirurgicales non-urgentes qui nécessitent des réanimations post-opératoires. L’objectif est de libérer les salles de réveil et les lits de réanimations, pour être dans la capacité d’accueillir les personnes qui auront des atteintes respiratoires graves.

L’organisation au sein de nos cliniques et centres de santé

  • Ne venez pas dans nos établissements sans avoir téléphoné
  • Les médecins privilégient à chaque fois que cela est possible les consultations téléphoniques ou les téléconsultations
  • Pour effectuer une téléconsultation, consultez dès maintenant notre tuto
  • Pour limiter les déplacements, les ordonnances de médicaments sont directement transmises à la pharmacie
  • Si vous venez malgré tout, essayez de ne pas toucher aux poignées de portes, désinfectez vous les mains avec une solution hydro-alcoolique. Si vos enfants ne sont pas malades, ne venez pas avec eux.

Respect des gestes barrières

Pour limiter la transmission du Covid-19, quelques gestes simples à réaliser peuvent avoir beaucoup d’efficacité : 

  • Se laver régulièrement les mains
  • Tousser dans son coude
  • Utiliser un mouchoir à usage unique
  • Ne pas se serrer la main
  • Restez chez vous, ne sortez que si cela est absolument nécessaire
  • Évitez au maximum les contacts avec vos proches, en particulier si ce sont des personnes fragiles (personnes âgées, maladies pulmonaires, maladies cardiaques, diabète, etc.)
  • Si vous devez rester chez vous pour garder vos enfants, les démarches doivent être faites par votre employeur comme vous pouvez le voir ici.

Nous vous invitons à les respecter et à les faire respecter.

Si vous présentez des symptômes évoquant une infection au Covid-19

Lorsque vous présentez des symptômes de l’infection au Covid-19, deux situations se présentent :

  • Si vous n’avez pas de grandes difficultés à respirer, restez chez vous et déclarez votre absence à votre employeur.
  • Si vous avez des difficultés à respirer (essoufflement sans cause : vous avez l’impression de manquer d’air sans avoir fait d’effort significatif) et que votre affaiblissement est extrême, dans ce cas seulement vous devez appeler le 15.

Si vous ressentez des signes d’infection au Covid-19, ou si vous identifiez ces signes chez vos proches, sans attendre :

Contactez le 0 800 130 000
Évitez tout contact avec votre entourage
Ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

La clinique Saint Brice s’engage pour le dépistage du cancer colorectal

La clinique Saint Brice s’engage pour le dépistage du cancer colorectal

Les professionnels de santé de la clinique Saint Brice, établissement de l’opérateur médical Doctocare du groupe Doctegestio, étaient mobilisés, jeudi 5 mars, accompagnés de membres de la Ligue contre le cancer, pour Mars Bleu, mois de sensibilisation et de dépistage pour soutenir la lutte contre le cancer colorectal.

Mars Bleu, un mois de lutte contre le cancer du côlon

La clinique Saint Brice, acteur de l’économie sociale, innovante et solidaire, a pour principal objectif de permettre l’accès aux soins pour tous. L’établissement a également pour mission de réaliser des campagnes de prévention et d’information de santé publique. 

À l’occasion de Mars Bleu, il est important de rappeler qu’avec 17 000 décès par an, le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus meurtrier. Pourtant détecté à un stade précoce, le cancer colorectal peut être guéri dans 9 cas sur 10. Dès 50 ans, il faut réaliser un dépistage tous les 2 ans. 

Pour sensibiliser le grand public à l’importance de ce dépistage, nos professionnels de santé de la clinique Saint Brice et deux bénévoles de la Ligue contre le cancer ont tenu pour la deuxième année consécutive un stand dans le hall d’accueil de la clinique, préalablement décoré aux couleurs de Mars Bleu, par le personnel de l’établissement Doctocare.

Lors de cette journée de sensibilisation, les professionnels et bénévoles présents sur le stand d’information et de dépistage voulaient apporter des réponses à toutes les interrogations des visiteurs autour d’un programme constitué d’informations sur l’hygiène de vie, l’alimentation, et une animation sur les signes des premiers symptômes du cancer colorectal, avec la présence exceptionnelle d’un mannequin qui expliquait l’évolution d’un polype vers le cancer du côlon.

La clinique Saint Brice, un établissement de santé Doctocare

Reprise en février 2018, la clinique Saint Brice est un établissement Doctocare, l’opérateur de santé du groupe Doctegestio. Cet établissement, situé en Seine-et-Marne, dispose d’un plateau technique de qualité (certifié A par la HAS) composé d’un bloc opératoire, de 4 salles d’opération, d’une salle post-interventions et d’un lithotriteur. Une équipe de 50 personnes avec plus de 20 spécialistes assure les soins. 

En 2019, la clinique Saint Brice a obtenu la meilleure note possible « A » à l’enquête e-Satis, réalisée par la Haute Autorité de Santé. Cette note est le résultat de très bons taux de satisfaction patients et, est gage qualité des soins et de sécurité pour les patients. 

Parodontite : définition, causes et traitements

Parodontite : définition, causes et traitements

En tant qu’acteur de l’économie sociale innovante et solidaire, la prévention et le dépistage sont les missions principales de Doctocare, l’opérateur de santé du groupe Doctegestio. Dans l’épisode d’aujourd’hui, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les parodontites. 

Qu’est-ce que les parodontites ?

Les parodontites sont des maladies inflammatoires d’origine infectieuse (bactérienne). Elles se caractérisent par la destruction des tissus de soutien des dents (gencive, os) et de leur système d’ancrage dans l’os. Ce sont les bactéries présentes au sein de la plaque dentaire (biofilm) qui sont responsables de l’initiation de ce processus.

Il existe plusieurs types de parodontites. La sévérité de la maladie (degré de destruction osseuse), son étendue (quelques dents / toutes les dents), sa rapidité d’évolution sont variables.

La parodontite ne se guérit pas à proprement parler, mais on peut la stabiliser. La collaboration entre le patient et le praticien est la clé de la réussite du traitement d’une parodontite.

Comment traiter une parodontite ?

La parodontite ne se guérit pas à proprement parler, mais on peut la stabiliser grâce à la combinaison de plusieurs actions :

  • Une hygiène orale efficace, avec une technique et un matériel adaptés à chaque patient ;
  • Des traitements non chirurgicaux et, dans certains cas, chirurgicaux, réalisés par votre parodontiste, dépendant du type et de la sévérité de votre maladie ;
  • Un suivi rigoureux sur le long terme ;
  • Le contrôle et/ou l’élimination de certains facteurs de risque favorisant l’initiation de la maladie ou accentuant sa sévérité. 

La collaboration entre le patient et le praticien est la clé de la réussite du traitement d’une parodontite.

Comment savoir si je dois consulter ? 

Certains signes permettent de soupçonner une parodontite (des mobilités, un déchaussement, des dents qui se déplacent…) mais il faut savoir que la plupart de ces signes n’apparaissent que lors des stades les plus avancés de la maladie. Dans de très nombreux cas, les parodontites ne présentent pas de signes visibles au quotidien. Le risque est donc une détection tardive, avec une prise en charge plus compliquée. 

Pour un dépistage précoce, demandez notamment conseil à votre chirurgien-dentiste Doctocare si :

  • Vous présentez des saignements au brossage, voire des saignements spontanés ;
  • Vous êtes fumeur / fumeuse ;
  • Vous êtes diabétique ;
  • De nombreuses personnes dans votre famille sont atteintes de parodontite. 

De façon générale, le dépistage de la parodontite doit faire partie de tout examen de routine chez votre chirurgien-dentiste Doctocare : plus la détection de la maladie est précoce, plus le traitement est simple et efficace, meilleur est le pronostic.

Doctocare déploie un plan d’investissement de 515 000€ pour l’Hôpital de Chantilly Les Jockeys

Doctocare déploie un plan d’investissement de 515 000€ pour l’Hôpital de Chantilly - Les Jockeys

Doctocare, l’opérateur de santé du groupe Doctegestio, a déployé un important plan d’investissement pour l’Hôpital de Chantilly – Les Jockeys. Cet établissement sera équipé de 7 salles de blocs opératoires, pour mieux répondre aux besoins croissants de ses différentes spécialités chirurgicales.

L’établissement est équipé de deux nouvelles salles de blocs opératoires

En 2019, l’Hôpital de Chantilly Les Jockeys a réalisé 9 056 interventions aux blocs opératoires, soit une moyenne de 37 interventions chirurgicales par jour. C’est dans ce contexte de forte activité que, depuis le 2 août 2019, Doctocare a décidé d’investir la somme de 515 000€ pour la création de deux nouveaux blocs opératoires au sein de l’établissement. Depuis le 2 mars 2020, l’une de ces nouvelles salles de blocs opératoires est complètement opérationnelle. Aujourd’hui, l’Hôpital de Chantilly les Jockeys est donc équipé de six salles de blocs opératoires. La septième salle de bloc opératoire sera prochainement opérationnelle pour permettre la montée en charge progressive de l’activité.

Ces deux nouvelles salles vont permettre de répondre aux besoins croissants de la chirurgie digestive, orthopédique, gastro-entérologie et ophtalmologique. De nouvelles plages opératoires vont pouvoir être distribués entre ces différentes spécialités, et ainsi accueillir de nouveaux praticiens. En une année, l’Hôpital de Chantilly Les Jockeys prévoit une hausse de 10% de son activité chirurgicale, avec l’ouverture de sa sixième salle de bloc opératoire. L’ensemble de ces investissements traduisent la volonté de Doctocare de répondre au mieux aux besoins de nos patients et praticiens, avec l’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins au sein de l’Hôpital de Chantilly Les Jockeys.

Un établissement pluridisciplinaire

Situé à Gouvieux (60), l’Hôpital de Chantilly Les Jockeys, repose sur une idée unique en France : regrouper les avantages du secteur privé à but non lucratif et à but lucratif : 

  • le Centre Médico-Chirurgical des Jockeys (CMCJ) établissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier a repris la totalité des activités de la Clinique Médico-Chirurgicale de Creil, également hôpital privé à but non lucratif participant au service public hospitalier.
  • le Centre Chirurgical de Chantilly (CCC).

Le but de ce groupement est l’accès aux soins pour tous, sans conditions de ressources. Une équipe médico-chirurgicale, ainsi qu’un personnel qualifié et dévoué, mettent tout en œuvre pour apporter les meilleurs soins à nos patients et rendre leur séjour au sein de l’établissement le plus confortable possible.