Clinique Saint-Jean l’Ermitage : Venez découvrir le robot da Vinci® !

Clinique Saint-Jean l’Ermitage : Venez découvrir le robot da Vinci® !

Pour vous faire découvrir sa nouvelle acquisition, la Clinique Saint-Jean l’Ermitage expose dans son hall d’accueil le mercredi 30 septembre de 9h à 17h, le robot chirurgical da Vinci®, développé par le leader américain Intuitive®.

Véritable prolongement de la main et des yeux du chirurgien, ce nouvel outil à la pointe de la technologie, conjugue les avantages de la chirurgie  classique (vision 3D, dextérité de la main humaine), à celle de la coeliochirurgie (Vision magnifiée, précision, réduction des douleurs et de la convalescence).

À cette occasion, les patients auront l’opportunité d’apercevoir le robot da Vinci® et d’échanger avec un chirurgien urologue sur la chirurgie robotique. Ils pourront ainsi découvrir cette technologie dernière génération qui retranscrit  fidèlement les mouvements complexes des mains du chirurgien à l’aide de pinces articulées et miniaturisées.

Ce nouvel outil à la pointe de la technologie permet de réaliser des interventions lourdes de manière moins invasive apportant un réel bénéfice pour le patient :

  • Moins de douleurs post opératoires,
  • Réduction des cicatrices,
  • Hospitalisation et convalescence réduites,

La chirurgie coelioscopique robot assistée s’est développée au départ en urologie pour la chirurgie du cancer de la prostate, puis du rein, de la vessie et du prolapsus. Depuis quelques années, les indications opératoires se sont développées en chirurgie digestive et gynécologique. 

La Clinique Saint-Jean l’Ermitage a pour ambition de développer les applications de cette nouvelle chirurgie assistée par la robotique afin d’en faire bénéficier le plus de patients possible.

Chirurgie robotique : la Clinique du Saint-Cœur est équipée du Laser Greenlight

Chirurgie robotique : la Clinique du Saint-Cœur est équipée du Laser Greenlight

La chirurgie robotique, une révolution technologique au service des patients

L’hypertrophie bénigne de la prostate est une pathologie fréquente chez les hommes de plus de 50 ans. Également dénommée adénome prostatique, elle se caractérise par une augmentation du volume de la prostate qui va compresser le canal de l’urètre transportant l’urine. Ce qui entraîne, chez de nombreux patients, une gêne pour vider sa vessie ou des envies fréquentes d’uriner. 

Pour enlever la partie centrale de la prostate responsable de cette obstruction, la Clinique du Saint-Cœur, établissement du groupe Doctegestio, propose à ses patients une technologie innovante : la vaporisation prostatique. La prostate n’est pas enlevée en totalité, mais seule la partie responsable de l’obstruction est enlevée. Réalisée grâce au Laser Greenlight, un outil adopté par un nombre croissant de services d’urologie, elle permet aux patients de retrouver une activité urinaire normale.

Un temps d’hospitalisation réduit grâce au Laser Greenlight

Le recours au Laser Greenlight présente un avantage important par rapport aux techniques traditionnelles (notamment la résection endoscopique de prostate qui découpe l’adénome en copeaux) : il permet de réduire les risques de saignements, la « vaporisation » assurant la coagulation immédiate des vaisseaux. En découle une diminution des risques d’hémorragie à la suite du traitement, tout particulièrement chez les patients prenant des anticoagulants. Cela permet également de réduire le temps d’hospitalisation des patients.

Une fibre laser de moins de 2 mm de diamètre

Cette opération réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale par les équipes de la Clinique du Saint-Cœur consiste à détruire une partie du tissu prostatique qui entoure le canal de l’urètre et élargir ainsi le canal urinaire. Pour ce faire, un endoscope muni d’une caméra est introduit par voies naturelles (via l’urètre) jusqu’à la prostate. Ce matériel va permettre d’introduire une fibre laser de moins de 2 mm de diamètre qui va supprimer une partie de la prostate à travers le canal de l’urètre par la technique dite de « vaporisation ». Cette intervention dure entre 20 minutes et 2 heures. Elle prend fin avec la mise en place d’une sonde urinaire que le patient gardera de 12 à 24 heures.

La CAF de Paris fait procéder à la fermeture du centre de santé Viala en pleine pandémie de COVID-19

La CAF de Paris fait procéder à la fermeture du centre de santé Viala en pleine pandémie de COVID-19

Dans un contexte de pandémie, la CAF de Paris accompagnée des forces de l’ordre viennent de procéder, ce vendredi 25 septembre, à la fermeture du centre de santé Viala, situé 12 rue Viala dans le 15ème arrondissement de Paris. 

Cet acte entraîne la fermeture d’un centre de santé dans un quartier résidentiel et familial de Paris, qui est plongé dans un désert médical. Cette décision prive les habitants du 15ème arrondissement et des arrondissements alentour d’une offre de santé irremplaçable. Ce centre de santé a effectivement à sa charge plus de 40 000 patients par an.

Ce centre médical et dentaire du groupe Doctegestio est resté ouvert pendant le confinement, et pendant les vacances estivales pour répondre à la forte demande des patients, alors que nombre de cabinets libéraux avaient fermé et que les urgences étaient saturées. 

Pour lutter contre la COVID-19, le centre de santé Viala, en partenariat avec la Mairie du 15ème arrondissement de Paris, a ouvert un centre de dépistage pendant le confinement. Une équipe de 4 personnes se tenait à disposition des patients du quartier pour réaliser les tests RT-PCR.

En agissant ainsi, la CAF, organisme de Sécurité sociale chargé du soutien aux familles, empêche les habitants du quartier d’accéder aux soins essentiels. Est-ce le moment de priver des patients de l’accès aux soins ? Nous laissons la CAF de Paris évaluer les conséquences sanitaires de cet acte inadmissible. 

La Clinique du Saint-Cœur propose une nouvelle technique de traitement des varices par laser

La Clinique du Saint-Cœur propose une nouvelle technique de traitement des varices par laser

Afin de traiter l’insuffisance veineuse à l‘origine des varices, la Clinique du Saint-Cœur de Vendôme, établissement de santé du groupe Doctegestio, propose une nouvelle offre de soins : la pratique du laser endoveineux. Efficace, rapide et pratiquement indolore, cette technique est plus légère que la chirurgie classique.

S’il existe diverses méthodes de traitement des varices, les techniques endoveineuses se substituent aujourd’hui peu à peu à la chirurgie. Elles sont en effet faiblement invasives et peu traumatisantes. Parmi les techniques endoveineuses, la Clinique Saint-Cœur pratique celle du laser endoveineux. Elle est équipée du laser Endotherme 1470 qui permet le traitement de la grande et de la petite veine saphène, toutes deux étant des veines superficielles au niveau des membres inférieurs. Réalisé sous échographie, le traitement par laser consiste en une petite incision dans la peau afin d’insérer une fibre laser dans la veine malade. En délivrant de l’énergie thermique, le laser modifie la paroi de la veine jusqu’à la fermer définitivement. L’afflux sanguin est alors redirigé vers d’autres veines fonctionnelles.

Avec un recul scientifique de plus de 20 ans, la procédure par laser endoveineux est particulièrement appréciée en raison de sa rapidité et de son caractère peu traumatisant. Elle permet d’excellents résultats et la reprise immédiate d’une vie normale pour le patient.

Le Docteur Marques, chirurgien vasculaire de la clinique explique « Sous anesthésie locale assistée, le traitement indolore se fait en moins d’une heure, en ambulatoire. Le patient peut rentrer chez lui quelques heures après l’opération. C’est une méthode efficace, elle a considérablement moins d’effets postopératoires (moins de douleurs et moins d’hématomes). »

Les varices, syndrome d’une insuffisance veineuse

L’insuffisance veineuse concerne 18 millions de français selon l’INSEE. Il s’agit d’une maladie chronique liée à la mauvaise circulation du sang vers le cœur, pouvant résulter en des varices. Celles-ci correspondent à la dilatation anormale de veines superficielles. Il existe un facteur héréditaire dans la survenue des varices, et certaines conditions favorisent leur apparition comme la position debout prolongée, la sédentarité, le manque d’activité physique ou la chaleur. C’est un facteur favorisant pour les thromboses veineuses profondes (phlébites) et pour les embolies pulmonaires, ainsi que des ulcères qui peinent à cicatriser.

À propos de la Clinique du Saint-Cœur 

La Clinique du Saint-Cœur, située à Vendôme, est un établissement de chirurgie et d’obstétrique. Elle compte 155 collaborateurs, et 32 médecins exerçant au sein de l’établissement. Fondée sur des valeurs humaines, de qualité et d’innovation, la clinique défend un modèle de santé accessible à tous, responsable et tourné vers l’avenir.

La Clinique Saint-Jean l’Ermitage investit dans la chirurgie robotique de pointe

La Clinique Saint-Jean l’Ermitage investit dans la chirurgie robotique de pointe

Depuis mi-septembre, le groupe Doctegestio a fait l’acquisition d’un robot chirurgical pour son établissement de santé, la Clinique Saint-Jean l’Ermitage. Le robot da Vinci® est développé par le leader américain Intuitive®. 

L’acquisition de la plateforme da Vinci® s’inscrit dans la démarche et la stratégie d’excellence du groupe Doctegestio et de son opérateur de santé Doctocare, visant à proposer aux patients une prise en charge optimale s’appuyant notamment sur le développement de techniques de pointe en médecine et en chirurgie. 

Cet investissement vient ainsi renforcer les plateaux techniques performants mis à disposition des patients et des praticiens sur les établissements du Groupe, et accompagne l’installation récente d’un sixième chirurgien urologue et complète ainsi l’équipe d’urologues, futurs utilisateurs.

À cette occasion, la Clinique Saint-Jean l’Ermitage organise une journée d’exposition au public, le mercredi 30 septembre de 9h à 17h. Une opportunité pour les patients d’en savoir davantage sur le robot da Vinci®, et d’obtenir toutes les informations nécessaires sur la chirurgie robotique.

Qu’est ce que la chirurgie robotique ?

Le robot da Vinci® est un dispositif chirurgical constitué d’une console avec une vision 3D munie de joystick et d’une partie (appelée kart) qui commande les instruments de coeliochirurgie introduits dans le corps du patient. Cette machine téléguidée par le chirurgien, permet de réaliser des interventions de type mini-invasives, notamment en urologie, dans le traitement du cancer de la prostate, du rein, de la vessie et dans la chirurgie du prolapsus.

Véritable prolongement de la main et des yeux du chirurgien, ce nouvel outil à la pointe de la technologie, conjugue les avantages de la chirurgie classique (vision 3D, dextérité de la main humaine), à celle de la coeliochirurgie (Vision magnifiée, précision, réduction des douleurs et de la convalescence).

La plateforme chirurgicale da Vinci®  est une machine qui retranscrit  fidèlement les mouvements complexes des mains du chirurgien à l’aide de pinces articulées et miniaturisées.

Cette technologie de dernière génération permet de réaliser des interventions lourdes de manière moins invasive et apporte au patient un certain nombre de bénéfices:

  • Moins de douleurs post opératoires,
  • Une réduction des cicatrices,
  • Une hospitalisation et convalescence réduites,

La chirurgie coelioscopique robot-assistée s’est développée au départ en urologie, pour la chirurgie du cancer de la prostate, puis du rein, de la vessie et du prolapsus. Depuis quelques années, les indications opératoires se sont développées en chirurgie digestive (en particulier de l’obésité) et gynécologique. 

La Clinique Saint-Jean l’Ermitage a pour ambition de développer les applications de cette nouvelle chirurgie assistée par la robotique afin d’en faire bénéficier le plus de patients possible.

Robot da Vinci® – Intuitive®

Comment ça marche ?

Assis derrière une console, le praticien, installé à côté du patient qu’il a sous contrôle visuel, introduit sa tête dans  une console et visualise une image HD en trois dimensions de la zone opérée à travers des lunettes binoculaires. Pouce et index dans des joysticks (masters), il prend le contrôle de quatre bras articulés qui peuvent mouvoir leurs extrémités avec sept degrés de liberté, dans un espace limité difficilement accessible à la main humaine. 

Il peut zoomer à loisir sur les zones atteintes, et, grâce à l’analyse de milliers d’informations spatiales par seconde, le moindre de ses tremblements est éliminé. Son aide opératoire, habillée stérilement, l’assiste pour changer les instruments, introduire des fils de suture sous contrôle d’un écran dans la salle.

Mieux, pour ajuster très précisément son geste, il dispose d’une option de démultiplication de mouvement – un déplacement de 5 centimètres sur sa pince peut se traduire par une amplitude de moins de 3 millimètres portés par le bras mécanique. Enfin, la console est paramétrée en fonction de la corpulence de chaque chirurgien et mémorisée, comme dans une voiture.

Une technologie sûre au bénéfice du patient

Le fabricant insiste sur la très grande fiabilité de son robot : en début de procédure, comme pour un avion, le robot fait sa check-list avant de démarrer. 

Si l’œil du chirurgien quitte les lunettes, le robot se fige, si les instruments sont retirés et réintroduits, ils reprennent leur place initiale, et si le bras du robot a bougé entre temps, l’instrument ne peut être introduit que sous le contrôle de la vue. 

En cas de besoin, le chirurgien à la possibilité de retirer le robot et de terminer l’intervention en coeliochirurgie.

Le fabricant, Intuitive®, assure la formation des infirmières de bloc et des chirurgiens de manière très rigoureuse. Elle se fait en deux étapes, une formation théorique incluant des heures de simulateurs comme en aéronautique, et une formation pratique sur site assistée d’un sénior appelé “Proctor”. Cette formation sur site sera assurée par l’un des chirurgiens urologues de la clinique. Celui-ci étant sur place pourra accompagner ou aider ses confrères sur le moyen terme afin d’assurer la sécurité et le meilleur résultat pour les patients.

Meilleur confort, plus grande précision, moindre fatigue pour le praticien et, pour les patients, moindre douleur post-opératoire et rétablissement plus rapide sont les objectifs de l’utilisation de cette nouvelle technologie qui peut aujourd’hui assister les chirurgiens dans une cinquantaine d’indications.

En pratique, l’équipement, installé dans plus de 5500 salles (dont plus de 900 en Europe), a fait ses preuves en urologie, en chirurgie digestive, gynécologique, cardiaque, pédiatrique… Et la liste de ses indications ne cesse de croître.

L’histoire du da Vinci®

« Cette technologie est issue d’un projet de la Nasa et de la Darpa [l’agence de R & D de l’armée américaine], pour opérer à distance sur le champ de bataille. Il n’a pas abouti pour des raisons de budget, mais des ingénieurs du MIT (Massachussets Institute of Technology) ont racheté les brevets il y a 20 ans et ont développé la première plateforme de chirurgie assistée. Aujourd’hui, nous en sommes à la quatrième génération », raconte Vincent Delaunay, market access director Western Europe d’Intuitive Surgical. »

Le CEEEV (Centre européen d’expertise de l’éloquence et de la voix) de la Clinique de Bonneveine a créé une chorale pour le plaisir de vos oreilles !

Le CEEEV (Centre européen d’expertise de l’éloquence et de la voix) de la Clinique de Bonneveine créé une chorale pour le plaisir de vos oreilles !

La Clinique de Bonneveine à Marseille a ouvert un centre européen de l’éloquence et de la voix en juillet dernier. Ce centre a le plaisir d’accueillir des professionnels de l’éloquence tel que de grands avocats et conférenciers, ainsi que des professionnels de la voix comme des chanteurs d’opéra, de variété ou de jazz. Dans cet établissement pluridisciplinaire, Cyril Rovery, Coach Vocal au CEEEV souhaite mettre en avant les talents de ses confrères, et créer une parfaite cohésion entre ses patients. C’est pourquoi, ce chanteur professionnel d’opéra a pris l’initiative de créer une chorale au sein de la Clinique de Bonneveine.

Une belle initiative de cohésion 

La chorale du centre européen de l’éloquence et de la voix a pour ambition de fédérer les personnels qui en seront principalement les éléments. Des patients du CEEEV pourront également intégrer la chorale. L’objectif de Cyril Rovery est de créer une véritable cohésion entre le corps médical et ses patients. Cette chorale pourra être composée d’une quarantaine de personnes.

Cyril Rovery sera le chef de choeur. Le répertoire musical  du choeur sera très variée mélangeant classique, gospel et pop musique. Voici un avant-goût de certains morceaux d’ores et déjà sélectionnés : Avé Maria, Africa de toto en version choeur, Amazing Grace… 

Une chorale qui se veut soudée

L’implication d’un chanteur dans une chorale lui permet d’apprendre à la fois comment améliorer la maîtrise de sa voix, mais aussi, d’être à l’écoute d’autres voix. Au niveau social,  nous apprenons qu’une chorale, c’est un milieu de vie, une communauté où se tissent des liens souvent étroits et solides, des liens fondés sur le travail d’équipe, et la collaboration.

Fonder une chorale dans une clinique est une démarche originale, peu commune qui reflète les valeurs innovantes de la Clinique de Bonneveine. La chorale du centre européen de l’éloquence et de la voix se voudra soudée, car ensemble nous sommes plus forts ! 

En effet, en cette période de pandémie, il est important de trouver des moyens de rester unis et positifs. Une chorale au sein d’un tel établissement de santé permettra un regain de joie et d’énergie. Quand la musique est écoutée et appréciée, elle agit sur le système de récompense et libère de la dopamine dans le cerveau. Cette hormone du plaisir va agir sur notre motivation, et nous rendre de bonne humeur.

Santé : saviez-vous que chanter procurent de nombreux bénéfices à notre corps ?

Si surprenant que cela puisse paraître, chanter permet de se muscler. En chantant, nos muscles faciaux sont sollicités et travaillent en douceur. Pour bien chanter, il faut avant tout bien articulé. Les efforts faits lors de d’articulation améliorent l’élasticité de la peau, et fait de cette discipline le meilleur des remèdes anti-ride. Chanter permet également de garder la forme, et de se libérer du stress. Le chant ne possède que des vertus, alors c’est avec grand plaisir que nous lançons la Chorale du CEEEV de la Clinique de Bonneveine, à Marseille.

La prise de rendez-vous au centre européen de l’éloquence et de la voix peut se faire directement aux adresses mails suivantes : smedical@doctocare.com ou marie-noelle.grini-grandval@doctocare.com, et par téléphone au 04 96 14 14 86.

Cette année la rentrée est masquée ! Avantages et inconvénients du port du masque au quotidien

Cette année la rentrée est masquée ! Avantages et inconvénients du port du masque au quotidien.

Le retour de vacances, c’est le retour à la réalité. Septembre 2020 est synonyme d’une rentrée pas comme les autres, puisque nous vivons une crise sanitaire “inédite”. Le port du masque obligatoire pour tous rentre à présent dans notre quotidien. 

Les masques sont conçus pour nous protéger du COVID-19, ils sauvent des vies, mais possèdent également des limites. En effet, l’OMS précise dans un document qu’”aucune donnée scientifique de qualité ne permet de justifier le port généralisé du masque partout” et qu’il “faut tenir compte d’avantages et d’inconvénients potentiels”.

Comment supporter et vivre avec un masque sur le nez du matin au soir ?

Des effets bénéfiques

Le port d’un masque en public peut être une mesure de protection utile, quand il n’est pas possible de pratiquer la distanciation physique (dans les transports en commun ou dans certains lieux de travail…). 

D’après une récente étude, les cas de COVID-19 décroissent dans certains pays ayant rapidement mis en œuvre des politiques relatives au port du masque obligatoire en public, en comparaison à celles qui ont tardé à adopter ces politiques.

Un autre intérêt certain, de l’utilisation généralisée des masques est d’éviter la stigmatisation des malades. Nous sommes moins inquiets face à une personne qui porte un masque.

Un avantage plus décalé: être masqué permet de passer incognito pour qui ne veut pas être reconnu, et souhaite se faire tout petit. 

Des effets indésirables

Bien que l’OMS conseille aux pouvoirs publics d’encourager le port du masque par le grand public, celui-ci peut présenter des effets indésirables et des inconvénients potentiels.

En effet, une prolongation du port du masque peut engendrer l’apparition de cloques, plaies, croûtes sur le visage. 

Un inconfort thermique peut également se faire ressentir au bout de quelques heures, accompagné d’une légère gêne respiratoire. 

Nous observons aussi que l’inconfort lié au port du masque, peut inciter les personnes à toucher leurs visages sous les masques. Geste pouvant engendrer une contamination.

La réutilisation de masques usagés (potentiellement contaminés) présente également un risque de contamination. 

L’utilisation de masques médicaux peut créer un faux sentiment de sécurité et conduire à négliger d’autres mesures barrières, telles que l’hygiène des mains et la distanciation physique.

Qui plus est, il faut savoir que l’OMS n’a pas remis en question la valeur des masques faits maison qui sont correctement manipulés, stockés, et désinfectés. L’organisation internationale de la santé estime simplement que cette solution ne peut être déployée qu’en dehors des actions prioritaires liées à la santé et à la distanciation sociale. De plus, ce déploiement doit être accompagné de facteurs pédagogiques pour s’assurer que les gens utilisent les masques de manière efficace et sûre.

Pour conclure, beaucoup de personnes ont du mal à s’adapter à cette nouvelle obligation, nous observons des mouvements “anti-masque”, et pourtant le port du masque est une barrière non-négligeable contre le virus qu’il faut respecter, afin de se protéger et de protéger ses proches. Ne soyons pas égoïstes et portons le masque pour le bien-être et la sécurité de chacun !

Un Drive pour les tests de dépistage Covid-19 à la Clinique de Bonneveine

Un Drive pour les tests de dépistage Covid-19 à la Clinique de Bonneveine

Dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire actuelle sur la ville de Marseille placée en zone de circulation active du virus, le Laboratoire de la Clinique de Bonneveine s’est mobilisé et a mis en place un dispositif de dépistage sous forme de Drive afin de mieux répondre aux nombreuses demandes.

Les personnels du Laboratoire et de la Clinique de Bonneveine, établissement Doctocare, opérateur de santé du groupe Doctegestio, réalisent des prélèvements naso-pharyngés sur les patients avec ou sans prescription médicale pour le diagnostic par RT-PCR* de la Covid-19.

Les prélèvements ont lieu du lundi au vendredi, sur rendez-vous au Laboratoire de la Clinique de Bonneveine (89 Boulevard du Sablier, 13008 Marseille) de 10 heures à 12 heures.

Pour prendre rendez-vous, les patients peuvent contacter le laboratoire par téléphone au 04 96 14 12 00.

Une secrétaire médicale enregistre leur dossier directement et leur propose un accès aux résultats par mail.

Le jour du rendez-vous, les patients se présentent dans une zone dédiée à proximité immédiate du Laboratoire de la Clinique de Bonneveine, pour effectuer le dépistage du Covid-19 en Drive.

Les résultats sont ensuite remis aux patients sous 24-48h par mail sécurisé ou par courrier.