Covid-19 : Une mobilisation forte des cliniques Doctegestio aux côtés du secteur hospitalier public

Covid-19 : Une mobilisation forte des cliniques Doctegestio aux côtés du secteur hospitalier public

L’ensemble des 18 établissements de santé du groupe Doctegestio sont fortement impliqués dans la crise sanitaire provoquée par l’épidémie de la Covid-19. Près d’un millier de patients ont été hébergés dans les établissements Doctegestio, et à ce jour encore, 162 patients dont 8 d’entre eux sont hospitalisés dans des lits de soins critiques. En partenariat avec le secteur hospitalier public et les autres acteurs de santé, le groupe Doctegestio participe activement à la stratégie de gestion de l’épidémie. Fort de l’appui des établissements médico-sociaux du groupe, Doctegestio apporte la preuve de l’importance de pouvoir devenir un acteur global de l’offre de soins du territoire.

Plus de 70% des interventions chirurgicales ont été déprogrammées afin de libérer du personnel pour faire face à la prise en charge des patients COVID. Avec cet effort sans précédent de déprogrammation massive, voulue par les ARS, les établissements de santé Doctegestio ont étendu leurs capacités dédiées au Covid, en lits médicaux “classiques” ou en lits dits de “soins critiques”. Ainsi les cliniques Doctegestio, et plus particulièrement le Groupement Hospitalier Mutualiste de Grenoble (38), la Clinique de Bonneveine à Marseille (13), la Clinique Malartic à Ollioules (83), l’Hôpital de Chantilly Les Jockeys à Gouvieux (60) et la Clinique Vauban de Livry-Gargan (93), ont été en capacité d’accueillir près de 200 patients atteints de la Covid-19. Seuls les actes de chirurgie mettant en jeu une véritable perte de chance pour nos patients et l’activité oncologique ont été maintenues conformément aux directives nationales.

Grâce à la déprogrammation, d’autres établissements du groupe ont libéré du personnel soignant et dégagé des ressources mises à disposition d’établissements publics et privés de première ligne. La pandémie de la Covid-19 a permis de renforcer la collaboration et la complémentarité des activités entre les établissements du public et du privé. À Vendôme (41), la Clinique du Saint-Coeur est venue en renfort du centre hospitalier de Vendôme-Montoire (CHVM), en libérant une quinzaine de volontaires (IADE, IBODE, IDE, AS…) pour renforcer les équipes en unité Covid et non Covid de l’hôpital. Même constat en Seine-et-Marne, où la Clinique Saint-Brice (77) a encouragé le volontariat et la mise à disposition des personnels infirmiers de son établissement au profit de l’hôpital Léon Binet. Le personnel soignant de la Clinique Chartreuse s’est également porté volontaire pour venir en renfort dans les unités de réanimation et autres secteurs du GHM de Grenoble.

Des transferts de patients ont également eu lieu pendant cette seconde vague de Covid-19. La Clinique du Pays de Seine (10) a notamment assuré toutes les urgences traumatiques et viscérales des patients Covid ou non Covid adressées par l’hôpital du groupement hospitalier Aube Marne (GHAM). En normandie, à Saint-Lô et Coutances, l’Hôpital Privé du Centre Manche a ouvert ses blocs aux chirurgiens du Centre hospitalier Mémorial de Saint Lô. Il apporte son soutien pour la prise en charge des patients en aval de la chirurgie. 

L’entraide entre le public et privé passe aussi par la mise à disposition de capacité d’hospitalisation. La Clinique Saint-Jean l’Ermitage à Melun (77) a proposé au Groupe Hospitalier Sud Île-de-France (GHSIF), partenaire du Santépôle, une aile d’hébergement avec une capacité de 29 lits d’hospitalisation. Cela permet au centre hospitalier de désengorger ses services de médecine pour les patients Covid. 

De manière très originale, le groupe Doctegestio met en relation l’ensemble de ses établissements médico-sociaux et les établissements de santé, afin de mettre à disposition des uns l’expérience des autres et de fluidifier les parcours patients. C’est notamment le cas dans la région grenobloise entre l’association AAPPUI et le groupement hospitalier mutualiste.

Enfin, le groupe a accéléré son action digitale en mettant à disposition de ses professionnels toute une gamme d’outils numériques, permettant la gestion des téléconsultations ou encore la création d’une application originale permettant aux chirurgiens de déclarer les interventions reportées.

Le groupe Doctegestio tient à souligner, la réactivité de ses professionnels de santé, leur esprit de solidarité et leur compétence dans la gestion d’une pathologie complexe qui n’a pas fini de nous livrer tous ces secrets. Leur élan de solidarité a permis de maintenir et de renforcer l’offre de soins dans les territoires où Doctegestio est présent. 

Maladies parodontales et diabète des pathologies étroitement liées !

Maladies parodontales et diabète : des pathologies étroitement liées !

Les personnes atteintes de diabète sont plus sensibles aux infections parodontales que les personnes non diabétiques. Beaucoup ignorent que les maladies parodontales sont considérées comme la 6ème forme de complication du diabète. Face à ce constat, le service de parodontologie du centre dentaire Corentin, situé dans le 14e arrondissement de Paris, propose un dépistage des maladies parodontales aux patients diabétiques.

Qu’est-ce que les maladies parodontales ?

Les maladies parodontales (gingivite et parodontite) sont des pathologies inflammatoires d’origine infectieuse (bactérienne). Elles se caractérisent par la destruction des tissus de soutien des dents (gencive, os) et de leur système d’ancrage dans l’os. Ce sont les bactéries présentes au sein de la plaque dentaire (biofilm) qui sont responsables de l’initiation de ce processus.

Si elles ne sont pas traitées, elles peuvent entraîner une perte des dents et des maladies chroniques. Les maladies parodontales se soignent, mais ne guérissent pas complètement. La collaboration entre le patient et le praticien est la clé du succès du traitement des maladies parodontales. Plus la maladie est détectée tôt, plus le traitement est simple et efficace, meilleur est le pronostic.

Maladies parodontales et diabète

Les maladies parodontales, également appelées parodontites, sont en lien avec des pathologies systémiques. Elles touchent 60% des patients diabétiques. Elles sont reconnues pour être la 6ème complication du diabète. Chez les diabétiques, les parodontites sont plus fréquentes, plus graves et plus étendues.

La gravité de la maladie dépend de l’âge du patient, de la durée du diabète et du contrôle de la maladie. L’état parodontal peut augmenter l’inflammation en produisant des substances pro-inflammatoires, affectant ainsi la régulation de la glycémie. Le traitement des complications parodontales contribue au contrôle glycémique.

Arbre décisionnel de prise en charge d’un patient

La prévention bucco-dentaire est très importante pour tous les diabétiques. Pour un dépistage précoce, une hygiène bucco-dentaire stricte et des contrôles réguliers chez un chirurgien-dentiste sont recommandés. 

Grenoble : plus de 100 patients Covid sont actuellement pris en charge quotidiennement au sein du Groupe Hospitalier Mutualiste

Grenoble : plus de 100 patients Covid sont actuellement pris en charge quotidiennement au sein du Groupe Hospitalier Mutualiste

Face à la propagation rapide de la Covid-19 en Isère ces derniers jours, l’ensemble du personnel soignant du Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble est pleinement mobilisé pour lutter contre cette seconde vague. Déprogrammation, formation, réorganisation des services, renfort de personnel… Le GHM est sur tous les fronts !

L’établissement s’est organisé en un temps record pour déprogrammer 70% de l’activité chirurgicale, afin de libérer des lits et du personnel, pour renforcer les unités de soins critiques au sein de ses Instituts. Le GHM a ainsi augmenté de 66% son nombre de lits de soins critiques et de 48% son nombre de lits de médecine polyvalente pour accueillir les patients Covid et également non Covid. Tous les personnels paramédicaux et médicaux sont montés en compétence et ont été formés à la prise en charge de patients infectés par la Covid. Plus de 35% des moyens humains, matériels et techniques du Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble sont mobilisés par la Covid-19.

Découvrez le reportage réalisé au GHM de Grenoble

Actuellement, plus d’une centaine de patients Covid sont soignés au sein du GHM. Nous avons rencontré un patient pris en charge en soin intensif qui souffrait de détresse respiratoire. Aujourd’hui, il va mieux, “ici je suis bien suivi” déclare-t-il. Il tient à remercier l’ensemble du personnel soignant qui lui a sauvé la vie. “Heureusement qu’ils sont là. Ils sont forts, ils se battent pour que nous puissions aller bien.”

En réponse à la nouvelle vague de Covid-19, l’ensemble du personnel de la Clinique de Chartreuse est également pleinement mobilisé aux côtés du Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble. Ils se portent volontaires pour venir en renfort dans les unités de réanimation et autres secteurs du groupement hospitalier, qui ont été fortement touchés par la Covid. Face à leur fatigue, c’est un second souffle pour l’ensemble du personnel du GHM qui est un acteur de première ligne dans cette crise sans précédent.

IRM : Une étude clinique pilote dans le cancer colorectal métastatique

IRM : Une étude clinique pilote dans le cancer colorectal métastatique

L’objectif de cette étude clinique est d’apporter la preuve de principe de l’efficacité d’un traitement anti-EGFR dans le cancer colorectal métastatique avec une mutation initiale du gène RAS dans la tumeur, mais non dans la biopsie liquide réalisée après chimiothérapie.

L’étude a été réalisée chez les patients  de deux centres privés « la Clinique Saint-Jean l’Ermitage à Melun et la Clinique du Mousseau à Evry » réalisée en collaboration avec l’université Paris-Saclay et la plateforme de biologie moléculaire du CHU de Paul Brousse, habilitée à tester le statut RAS tumoral sur biopsie liquide grâce à la technologie de séquençage à haut débit (NGS).

Population de l’étude

Les patients concernés dans cette étude pilote souffrent d’un cancer colorectal métastatique multi traité avec un statut RAS muté dans la tumeur solide, et ne peuvent de ce fait pas recevoir un anti EGFR, en raison de son inefficacité dans cette condition. Les patients inclus dans l’étude ont bénéficié de la recherche du statut RAS dans l’ADN tumoral circulant (Biopsie liquide). Les patients avec un statut  RAS non muté, ont été traités par chimiothérapie + anti EGFR et les patients avec un statut RAS muté dans la biopsie liquide ont été traités selon les recommandations standards.

Résultats

Ce travail pionnier révèle que près de la moitié des patients présentant un CRC métastatique avec une mutation KRAS dans la tumeur solide pourraient perdre le clone tumoral muté qui dominait précédemment, après 1 à 3 lignes de chimiothérapie sans anti EGFR, et devenir sensible à un traitement par l’association d’ une chimiothérapie + anti EGFR en cas de statut RAS non muté dans la biopsie liquide ! C’est une toute nouvelle possibilité thérapeutique pour ces patients.

Perspectives

Une étude clinique nationale, multicentrique, prospective est en cours de préparation pour valider la preuve du concept et offrir ainsi une option thérapeutique prometteuse aux patients souffrants de CCRm avec une mutation RAS dans la tumeur mais non dans une biopsie liquide.

Le GHM s’engage dans la prévention du diabète !

Le GHM s’engage dans la prévention du diabète !

Malgré un contexte sanitaire difficile lié à l’épidémie de la Covid-19, le Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble, établissement du groupe Doctegestio, a souhaité marquer la journée de sensibilisation autour du diabète. Le personnel de ce groupement hospitalier s’est mobilisé ! En effet, pour l’édition 2020 de la Journée Mondiale du Diabète, les professionnels du GHM ont organisé le 17 novembre dans le respect du protocole sanitaire plusieurs actions de sensibilisation.

Les objectifs de la Journée Mondiale du Diabète

Depuis sa création en 1991, la Journée Mondiale du Diabète est le symbole d’une mobilisation collective. Son objectif est de mieux faire connaître le diabète, sa prise en charge et surtout les moyens de le prévenir. 

Le 17 novembre, au GHM, le message fort de prévention insufflé par cette journée mondiale a été véhiculé avec succès, tant par la diversité des actions menées, que par la volonté de maintenir cette journée, malgré la crise sanitaire.

Le Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble agit contre le diabète !

Un affichage massif a été mis en place dans l’établissement afin de sensibiliser un maximum de personnes autour des différentes thématiques relatives au diabète.

D’autre part, un plateau déjeuner type diabétique a été proposé à l’ensemble des salariés et des patients hospitalisés, accompagné d’un livret d’information conçu par l’équipe soignante de diabétologie et les diététiciennes de l’établissement.

Ce livret a permis aux lecteurs d’effectuer un auto-dépistage par le biais d’un questionnaire, de s’informer autour de cette pathologie et autour des habitudes de vie saines à adopter pour limiter les facteurs de risque. Ainsi que de répondre à un quiz afin d’évaluer leurs connaissances sur le diabète.

Ces actions de sensibilisation ont suscité beaucoup d’intérêt de la part des patients et des salariés : cela a permis d’initier des échanges autour du diabète, ce qui a appuyé la stratégie de prévention à l’origine de cette journée.

Merci à l’ensemble des collaborateurs pour leur engagement, qui a largement participé à la réussite de cette journée !

Clinique de Bonneveine : découvrez le témoignage d’Anne Marie Evin, patiente au Centre Européen d’Expertise de l’Éloquence et de la Voix

Marseille : découvrez le témoignage d’Anne Marie Evin, patiente au Centre Européen d’Expertise de l’Éloquence et de la Voix de la Clinique de Bonneveine

Ouvert début juillet à Marseille, le Centre Européen d’Expertise de l’Éloquence et de la Voix (CEEEV) de la Clinique de Bonneveine du groupe Doctegestio propose aux patients un parcours de soins structuré autour d’une prise en charge complète pluridisciplinaire des dysfonctions organiques et des différentes lésions des cordes vocales chez des professionnels de la voix. Quelques mois après son ouverture, découvrez en exclusivité le témoignage d’Anne Marie Evin, patiente du CEEEV.

“Je me sens pour la première fois à ma place au sein d’une prise en charge adaptée”

Anne Marie Evin est une passionnée de chant, et présente différentes pathologies qui la gênent lorsqu’elle chante. Face à ce constat, elle rencontre Cyril Rovery, Coach Vocal du Centre Européen d’Expertise de l’Éloquence et de la Voix, sur la page Facebook dédiée à son activité. Après avoir échangé avec lui, elle commence le 30 octobre 2020 à être prise en charge au sein du CEEEV. 

Sous la responsabilité de Dr Marie-Noëlle Grini-Grandval, médecin Phoniatre, le CEEEV est composé de :

  • ORL, autres spécialités médicales en fonction des besoins : Pneumologue, Neurologue, Cardiologue, Psychiatre, Algologue …
  • Infirmier Coordinateur,
  • Infirmier,
  • Kinésithérapeute,
  • Ostéopathe,
  • Orthophonistes,
  • Coach Vocal,
  • APA Coach Sportif.

“Tous ces spécialistes de santé travaillent en étroite collaboration sur mon dossier médical. Celui-ci englobe toutes mes pathologies (perte de sensibilité de la lèvre inférieure et du mention, suite à une opération de la mâchoire, surdité complète et incurable de l’oreille droite et insuffisance respiratoire). Je peux donc progresser sur un même et unique lieu au quotidien. 

À travers les compétences et l’enseignement des techniques de base lyrique ainsi que ceux  de l’orthophoniste j’apprends à rectifier ma respiration inversée et plus encore ! Je me donne toutes mes chances avec le travail de pointe de ces spécialistes de retrouver un maximum de sensibilité à travers :  la diction, le placement de la langue, la mobilisation des muscles de la face, le travail sur ma posture et mes muscles posturaux, le travail du souffle dans la voix parlée et chantée. Je travaille tout mon corps dans une activité physique adaptée à mes diverses pathologies mais aussi adaptée aux nécessités du  travail du chant sous la l’œil attentif du coach sportif et du kinésithérapeute, etc. 

Tout ceci font que je me sens pour la première fois à ma place au sein d’une prise en charge adaptée. Merci à vous d’être là” déclare Anne Marie Evin, patiente du Centre Européen d’Expertise de l’Éloquence et de la Voix.

La prise de rendez-vous pour une consultation dans le CEEEV peut se faire directement aux adresses mails suivantes : clinique.bonneveine.hopitaldejour@doctocare.com ou marie-noelle.grini-grandval@doctocare.com, et par téléphone au 04 96 14 14 86.

Covid-19 : Doctocare lance les tests de dépistage antigéniques

COVID-19 : Doctocare lance les tests de dépistage antigéniques

Après le lancement des tests RT-PCR de dépistage virologique (nasaux-pharyngés) et sérologiques dans plusieurs de ses cliniques et centres de santé, Doctocare propose aujourd’hui à ses patients parisiens la possibilité de réaliser des tests de dépistages antigéniques. 

Comment s’effectuent les tests antigéniques ?

Les tests antigéniques permettent de détecter les protéines produites par le virus Sars-CoV-2, appelées « antigènes » dans votre organisme. Ils déterminent en 15 minutes si vous êtes infectés par le virus au moment du test. 

Les personnes éligibles au dépistage sont les individus sans symptômes qui ne sont pas des cas contacts et les personnes symptomatiques de moins de 65 ans sous plusieurs conditions. En effet, les personnes symptomatiques doivent réaliser le test antigénique au moins 4 jours après l’apparition des premiers symptômes, si le délai d’attente afin de réaliser un test RT-PCR est supérieur à 48h et que vous n’êtes pas sujet à développer une forme grave de la COVID-19. 

Les dépistages se déroulent avec ou sans rendez-vous au centre de santé du Moulinet (21 Rue du Moulinet, 75013 Paris) du lundi au mardi et du jeudi au vendredi de 13h à 18h et le mercredi de 8h30 à 11h. La prise de rendez-vous peut se faire par téléphone en appelant le 01 40 46 13 46 ou en ligne

Vous devez vous munir de votre carte vitale et de votre attestation mutuelle. Le test antigénique est remboursé par l’Assurance Maladie.

Covid-19 : obtenez votre résultat de test RT-PCR en moins de 24h avec le laboratoire de la Clinique de Bonneveine !

Covid-19 : obtenez votre résultat de test RT-PCR en moins de 24h avec le laboratoire de la Clinique de Bonneveine !

Le laboratoire de la Clinique de Bonneveine du groupe Doctegestio continue son engagement dans le dépistage contre la propagation de la Covid-19. Il réalise depuis maintenant 6 mois des prélèvements nasopharyngés (RT-PCR) pour le dépistage du Covid-19.

Afin d’améliorer la prise en charge des patients, le laboratoire a déployé une nouvelle tente de dépistage avec un affichage spécifique depuis octobre 2020. Celle-ci permet d’augmenter le nombre de préleveurs pour réduire le temps d’attente.

Pour rappel, le laboratoire prélève quotidiennement sans RDV de 9h30 à 12h (89 Boulevard du Sablier, 13008 Marseille) avec un délai de rendu des résultats de 1 jour dans 95% des cas.

Dans le but de réduire aussi les délais de rendu des résultats, le laboratoire s’est équipé depuis plusieurs semaines d’un automate à la pointe de la technologie.

Cette nouvelle machine dotée d’une excellente sensibilité permet une réalisation des RT-PCR sur site avec un délai de rendu de 4h.

« Depuis plusieurs mois, l’ensemble du personnel du laboratoire est investi au quotidien dans cette lutte contre l’épidémie. Nous sommes fiers de leur engagement sans faille. »

Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio

Étude Multi Dom : pour un meilleur suivi du patient à domicile

Étude Multi Dom : Pour un meilleur suivi du patient à domicile

Le cancer du pancréas est un cancer d’évolution rapide et de pronostic sombre. La survie à 5 ans est de moins de 10% en Europe et aux USA. Grâce aux nombreuses recherches qui ont été faites, le protocole Folfirinox est devenu le traitement médical de référence de cette pathologie dans le monde grâce à l’amélioration de la survie des patients.

Néanmoins, de nombreux effets indésirables sont provoqués par le protocole Folfirinox

Le Folfirinox a de nombreux effets indésirables tels que la diarrhée, les nausées, vomissements, l’anorexie, l’amaigrissement… Ces facteurs-là, ne permettent pas l’administration du Folfirinox à tous les patients atteints de cancer du pancréas de stade avancé , seulement à ceux qui sont en bon état général. A ce jour, il n’existe pas d’étude prospective évaluant l’impact de ce traitement sur la vie quotidienne des patients atteints de cancer pancréatique.

Comment mesurer l’impact du Folfirinox sur la vie quotidienne des patients ?

Un suivi en temps réel sur la vie quotidienne des patients permettrait d’identifier précocement la détérioration ou l’amélioration de leurs états de santé alors qu’ils ne sont pas hospitalisés.

Cela permettrait de déclencher si nécessaire des interventions pro-actives afin d’éviter une dégradation rapide du patient. Dans le cas contraire et sans ce suivi, le patient à cause de trop fort désagrément dû aux effets secondaires pourrait être conduit à une hospitalisation et souvent à l’interruption du traitement, sachant que ce dernier est très efficace serait une grande défaite pour le patient.

Dans ce but, notre équipe a contribué au développement d’une application mobile (PICADO) avec la société mondiale d’ingénierie ALTRAN-Cap Gemini et l’Université Paris-Saclay. PICADO est une plateforme de suivi à distance des patients dans leur environnement. Pour évaluer sa performance, une étude clinique sur une durée d’un an définira son intérêt.

Zoom sur le projet de cette étude clinique

Quatre centres (CHU de Paul Brousse Villejuif et trois centres privés, cliniques Saint-Jean l’Ermitage à Melun et deux établissements du Groupe privé Ramsay GDS, la Clinique du Mousseau à Evry et l’Hôpital d’Antony) participeront à cette étude clinique à partir du mois de novembre 2020 pour une durée d’un an. 

La plateforme mobile PICADO est une solution domomédecine qui va permettre de sécuriser la prise en charge des patients à domicile durant les premières semaines de traitement. Afin d’optimiser au mieux le suivi, cette plateforme comprend une balance, une tablette et un capteur qui mesure en continu les rythmes d’activité, de température et le sommeil des patients.

Les résultats de cette étude pilote contribueront à optimiser et à adapter la prise en charge ambulatoire des malades. Nous vous donnons rendez-vous avec toute l’équipe investigatrice d’ici la fin de l’année 2021 pour vous présenter les premiers résultats de cette étude pionnière.

Mois sans tabac : c’est le moment d’arrêter !

Mois sans tabac : c’est le moment d’arrêter !

En novembre, c’est le #MoisSansTabac ! À cette occasion, Tabac Info Service met à disposition plusieurs outils, afin de vous aider à arrêter définitivement de fumer. Cet organisme vous accompagne et soutient dans votre avis d’arrêter le tabac. 

La cigarette est très meurtrière et impacte grandement votre santé. Saviez-vous que la cigarette est responsable de la mort de 75 000 personnes chaque année et provoque 20% des cancers en France ? C’est également la cause principale des maladies cardiovasculaires.

Les effets néfastes du tabac dans votre organisme  

Un fumeur sur deux peut mourir de son tabagisme ! Le tabac provoque de nombreuses conséquences sur votre organisme, et engendre des cancers ainsi que de graves maladies cardiovasculaires et pulmonaires. 

Composée de plusieurs substances nocives, la cigarette est toxique pour votre corps. Le monoxyde de carbone présent dans la cigarette se fixe à l’hémoglobine dans le sang, et empêche donc une bonne oxydation des cellules. La nicotine entraîne une contraction des vaisseaux sanguins et des spasmes au niveau des artères coronaires lorsque celle-ci est inhalée. Ces composants néfastes de la cigarette vont provoquer une modification de la qualité du sang. Les artères peuvent alors se boucher, et à leur tour provoquer une diminution de l’alimentation en oxygène des différents organes.

Le tabac peut aussi provoquer des effets néfastes sur votre physique comme un vieillissement de la peau prématuré, une baisse de la qualité des cheveux, etc.

Les maladies qui peuvent être liées au tabac 

Saviez-vous que le tabagisme est à l’origine de 30% des cancers ? Fumer augmente donc considérablement les risques de tomber malade. Le tabagisme peut provoquer des cancers du larynx, des bronches et de la bouche principalement, mais pas que, il peut aussi être un facteur favorisant d’autre cancers comme ceux des voies digestives, de la vessie, des voies urinaires, du rein, de l’œsophage et du col de l’utérus. 

Les maladies respiratoires peuvent aussi être une conséquence à la consommation de tabac, puisque la fumée de la cigarette, qui se compose de nombreuses substances irritantes, peut favoriser l’apparition d’une bronchopneumopathie chronique obstructive. Celle-ci peut ensuite évoluer vers une insuffisance respiratoire. 

En cette période de forte épidémie de la Covid-19, qui est responsable d’infections respiratoires aiguës, allant d’un rhume banal à une infection pulmonaire sévère, responsables de détresse respiratoire pouvant conduire au décès, il est préférable pour votre santé d’arrêter de fumer.

Comment arrêter de fumer ?

Pour arrêter de fumer, de nombreuses méthodes peuvent vous y aider comme les substituts nicotiniques, les thérapies comportementales et cognitives, les médecines douces pour arrêter la cigarette et l’auriculothérapie ! 

Afin d’encore plus vous y aider, nous vous avons concocté une compilation de témoignages de personnes ayant réussi à arrêter de fumer. Sachez que vous n’êtes pas seul dans cette épreuve, et que de nombreuses aides sont mises en place pour vous accompagner tout au long de votre sevrage tabagique !   

Doctocare vous soutient et vous souhaite bon courage dans votre arrêt de la cigarette. Prenez soin de votre santé, comme nous prenons soin de vous !