E-santé : Geo Sentinel rejoint le Groupe AVEC

E-santé : Geo Sentinel rejoint le Groupe AVEC

Geo Sentinel, start-up qui propose une montre connectée avec des services d’alertes pour personnes en perte d’autonomie, a rejoint le Groupe AVEC, le 31 mars 2021. Cette arrivée s’inscrit dans la volonté de développement du Groupe AVEC dans le secteur de la santé numérique, en lien avec le lancement de sa plateforme de e-santé inclusive avec.fr.

Geo Sentinel a été sélectionnée parmi les 1 200 meilleures start-ups au monde pour présenter ses innovations lors du CES 2020 à Las Vegas en janvier dernier, salon mondial le plus important consacré à l’innovation technologique et à l’univers du numérique.

Geo Sentinel offre la possibilité de suivre en temps réel l’état physiologique et les déplacements de vos proches ou patients.

Grâce à des capteurs intelligents et un bouton d’appel SOS intégrés dans nos dispositifs connectés, les proches sont immédiatement alertés lors de chutes, fugues ou situation de détresse des personnes accompagnées.

Le Groupe AVEC est ravi d’accueillir cette structure et son équipe au sein de son réseau solidaire. Son arrivée contribue à développer la médecine 4P (médecine personnalisée, préventive, prédictive et participative) sur laquelle il souhaite travailler. Ce développement s’inscrit dans la volonté du Groupe AVEC d’être un opérateur global de santé en France pour “aider le plus grand nombre, à vivre en bonne santé, le plus longtemps possible”.

La Clinique Bonneveine upgrade son équipement avec l’acquisition d’un microscope chirurgical pluridisciplinaire

La Clinique Bonneveine upgrade son équipement avec l’acquisition d’un microscope chirurgical pluridisciplinaire

Tout au long de son histoire, la Clinique Bonneveine, établissement du Groupe AVEC s’est toujours modernisée pour répondre plus efficacement aux besoins de ses patients et leur offrir des soins associant sécurité et qualité. 

Poursuivant la modernisation de son plateau technique, la Clinique Bonneveine améliore sa prise charge opératoire avec l’acquisition d’un microscope chirurgical pluridisciplinaire au sein du bloc pour les micro chirurgies ORL et orthopédique.

Cette technologie de microscopie innovante offre aux chirurgiens une profondeur de champ améliorée, un positionnement précis et une manœuvrabilité remarquable. Grâce à ce niveau de précision élevé, ce microscope permet de réaliser des interventions complexes et minimalement invasives, afin d’aboutir aux meilleurs résultats cliniques possibles.

Aujourd’hui, la Clinique de Bonneveine est dotée d’un laboratoire de biologie médicale, d’un centre de radiologie et d’un centre de consultations pluridisciplinaire, et dispose d’un plateau technique chirurgical qui comporte 5 salles d’intervention et une salle de réveil de 8 postes. 

Fidèle à sa vocation d’offrir des soins de proximité et de qualité à tous, cet établissement du Groupe AVEC offre à ses patients une prise en charge de pointe et de meilleures conditions de travail pour les professionnels de santé. 

Mars Bleu : prévention et dépistage du cancer colorectal !

Mars Bleu : prévention et dépistage du cancer colorectal !

Chaque année se déroule Mars Bleu, le mois du dépistage du cancer colorectal, le 3e cancer le plus fréquent en France. Pour lutter contre le cancer colorectal, la réponse est simple : le dépistage. Il s’effectue à domicile avec un test immunologique. En fonction des résultats, une coloscopie pourra être ensuite réalisée. Pour en savoir plus, lisez cet article

Le cancer du côlon reste le deuxième cancer le plus meurtrier en France. Plus que jamais, la sensibilisation au dépistage du cancer colorectal est importante. À cette occasion, tous les acteurs de la santé se sont mobilisés, découvrez les actions menées cette année partout en France.

Quelles actions de sensibilisation sont mises en place pendant Mars Bleu ? 

Malgré la pandémie qui nous touche, de nombreuses actions et animations de prévention sont mises en place (en majorité virtuellement) par plusieurs acteurs du monde de la santé, pendant tout le mois de mars afin de lutter contre le cancer colorectal : 

  • La Ligue contre le Cancer organise une exposition virtuelle et interactive pour comprendre, dépister, prévenir et soigner les cancers colorectaux. La plateforme du Côlon tour vous emmène à la découverte de l’évolution des polypes, vous dévoile les facteurs de risque et les moyens pour agir pour lutter contre le cancer colorectal.
  • Deux hashtags ont été créés pour relayer la campagne Mars Bleu sur les réseaux-sociaux : #ParlonsFesses et #BougerVosFesses. Ces hashtags permettent de libérer la parole sur le cancer colorectal.
  • Le Centre des Dépistages des Cancers Auvergne Rhône-Alpes lance du 15 mars au 4 avril le challenge connecté appelé Mars Bleu AuRa. Gratuit et ouvert à tous, l’objectif de ce challenge est de réaliser le plus grand nombre de kilomètres. Il peut être réalisé seul ou en équipe. Le nombre de pas est comptabilisé via une application. 
  • Sur la même thématique, le centre de dépistage des Cancers (CRCDC Sud PACA) lance le Défi Mars Bleu Connecté. Le but est de faire un maximum de kilomètres pour lutter contre le cancer colorectal. 
  • L’association Agir contre le Cancer 26 a également organisé le 2 mars des parcours de marche de 5 à 10 km au Bois des Naix à Bourg-de-Péage. Tous les participants étaient vêtus de bleu pour l’occasion. 

Chaque année, de nombreuses associations soutiennent l’événement : La Ligue contre le Cancer, l’Institut national du Cancer (InCA), la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, l’Institut Gustave Roussy, l’Association de Prévoyance Santé, l’AMGEN et Rose Up, l’Afa Crohn RCH France, Agir contre le Cancer 26, la Fédération de l’Hospitalisation privée Médecine, Chirurgie, Obstétrique…

Les établissements de santé du Groupe AVEC soutiennent et s’engagent eux aussi contre le cancer colorectal, afin d’aider le plus grand nombre à vivre en bonne santé le plus longtemps possible.

Zoom sur l’endométriose

Zoom sur l’endométriose

L’endométriose est une maladie qui touche 10% des femmes en âge de procréer, soit 2,5 millions de femmes en France, et pourtant peu de personnes en parlent. Longtemps ignorée, cette maladie reste mal connue, puisqu’un diagnostic est posé qu’au bout de 7 ans en moyenne. Aujourd’hui, il n’existe toujours pas de traitement curatif. Composé à 91% de collaboratrices féminines, le Groupe AVEC se mobilise dans la lutte contre l’endométriose. 

Qu’est-ce que l’endométriose ? 

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique qui peut se manifester dès la puberté, à l’adolescence. Cette maladie est causée par la présence de cellules de l’endomètre (revêtement interne de l’utérus) qui se situent en dehors de l’utérus. C’est-à-dire que les cellules qui composent l’endomètre sortent de la cavité utérine, par les trompes de Fallope, et s’installent dans d’autres organes de l’abdomen.

Chez une femme en bonne santé, à chaque cycle menstruel, sous l’influence des œstrogènes, l’endomètre à l’habitude de s’épaissir en prévision d’une grossesse. S’il n’est pas fécondé, il se décompose et saigne, ce qui provoque les règles. 

En revanche, chez les femmes atteintes d’endométriose, les cellules qui ont migré à l’extérieur de l’utérus sensibles aux hormones saignent à l’extérieur de l’utérus. Or, ce sang ne peut pas être évacué naturellement lors de la menstruation. Cela peut provoquer des lésions, des nodules ou des kystes à l’endroit où se trouve le tissu, et provoquer une inflammation, formant des cicatrices fibreuses. Les organes voisins peuvent être touchés et cela peut provoquer un dysfonctionnement de leurs activités.

Maladie complexe : les différents types d’endométriose

D’une femme à l’autre, l’endométriose se développe différemment. C’est pourquoi, on dit qu’il n’y a pas “une” mais “des” endométrioses. 

Les 3 types d’endométrioses : 

  • L’endométriose superficielle (ou péritonéale), indique la présence d’implants d’endomètre ectopiques à la surface du péritoine (membrane tapissant la cavité abdominale et les organes qui s’y trouvent).
  • L’endométriose ovarienne : l’endométriome ovarien est un type de kyste ovarien, qui se caractérise par une teneur en liquide de couleur marron. 
  • L’endométriose pelvienne profonde (ou sous-péritonéale) représente les lésions qui s’infiltrent à plus de 5 mm sous la surface du péritoine. L’endométriose profonde peut généralement affecter les ligaments utérosacrés (représentant 50% des cas), les voies vaginales postérieures (représentant 15%), les intestins (représentant 20-25%), se manifestant principalement par la surface antérieure du rectum et la jonction du recto-sigmoïdienne, de la vessie (10%), de l’uretère (3%) et de la cavité pelvienne, du côlon sigmoïde, du côlon droit, de l’appendice et de l’iléon terminal.

Alors si vous avez des fortes douleurs pendant les règles, des douleurs pendant les rapports sexuels appelés dyspareunies ou des douleurs pelviennes régulières, sachez que ce ne sont pas des symptômes normaux chez les femmes. Ces symptômes peuvent parfois être des signes d’endométriose, et provoquer par la suite un risque d’infertilité. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un de nos professionnels de santé (médecin généraliste, gynécologue) du Groupe AVEC. 

Un nouveau dispositif pour lutter contre le surpoids et l’obésité est proposé aux patients de la Clinique Vauban

Un nouveau dispositif pour lutter contre le surpoids et l’obésité est proposé aux patients de la Clinique Vauban

La Clinique Vauban a mis en place le Programme Elipse™, développé par Allurion, dans son établissement. Ce dispositif médical de nouvelle génération propose des caractéristiques innovantes pour une meilleure prise en charge de l’obésité. Il s’adresse aux personnes en situation de surpoids ou d’obésité ayant un IMC (indice de masse corporelle) supérieur à 27. 

Le Programme Elipse™, une prise en charge globale de l’obésité et du surpoids innovante

Cette nouvelle prise en charge repose sur la pose d’un ballon intra-gastrique Elipse™ et un accompagnement personnalisé complet, composé d’un suivi médical, diététique, psychologique et comportemental délivré par nos équipes de spécialistes.

Avec ce ballon, aucune intervention chirurgicale, anesthésique ou endoscopique n’est nécessaire pour permettre sa pose. Il est ingéré simplement par voie orale. Sa position est ensuite contrôlée par une radiographie. Après cette vérification, le ballon intra-gastrique Elipse™ est gonflé de 550 ml de liquide par l’intermédiaire d’un très fin cathéter. Une fois la pose effectuée, les patients peuvent rentrer chez eux en toute sécurité. Il leur est possible de reprendre leurs activités normales directement après la pose du ballon, cependant il est tout de même recommandé de prévoir quelques jours de repos pour éviter d’éventuels effets secondaires. 

Présent pendant 4 mois environ dans l’estomac, le ballon intra-gastrique Elipse™ permet de réduire la sensation de faim et donc la quantité d’aliments ingérés. En plus de ces effets, il procure aussi une sensation de satiété plus amplifiée et prolongée. Durant les 16 semaines de traitement du Programme Elipse™, les patients disposent d’une balance électronique connectée reliée à une application mobile pour suivre leurs progrès. Ils sont également accompagnés directement par un programme diététique personnalisé d’une durée de 6 mois, ainsi qu’un programme d’activités physiques et sportives qui leur est adapté. 

Son retrait ne nécessite aucune intervention particulière. Il s’élimine par voie naturelle 4 mois après sa pose. 

Déjà installé au sein de l’Hôpital Privé du Centre Manche établissement du Groupe AVEC implanté à Saint-Lô, 95% de la perte de poids moyenne obtenue avec Elipse™ peut être maintenue 12 mois après élimination du ballon1.

Pour bénéficier de cette prise en charge globale, la prise de rendez-vous peut se faire directement sur Doctolib ou par téléphone au 01 45 09 76 78.

1  https://allurion.com/fr/ballon-elipse-allurion

Le Groupe AVEC se mobilise dans la lutte contre le cancer colorectal !

Le Groupe AVEC se mobilise dans la lutte contre le cancer colorectal !

Le mois de mars se pare de bleu pour lutter contre le cancer colorectal afin de sensibiliser un maximum de personnes au dépistage. Place à Mars Bleu ! En effet, le cancer colorectal est l’un des cancers les plus fréquents, aussi bien chez l’homme que chez la femme. Il touche plus de 43 000 personnes chaque année en France

Qu’est-ce que le cancer colorectal ? 

Le côlon et le rectum font partie du gros intestin et du système digestif. Le côlon absorbe l’eau et les nutriments, et rejette les déchets (matières fécales) dans le rectum. Le cancer du côlon et le cancer rectal sont classés comme cancer colorectal, parce que ces organes sont composés du même tissu et qu’il n’existe pas de frontière claire entre eux.

Le cancer du côlon est une maladie des cellules qui tapissent la muqueuse du côlon. Il se développe à partir des cellules initialement normales, qui se transforment et se multiplient jusqu’à ce qu’elles forment une masse appelée tumeur maligne (ou cancer). Le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent chez les hommes après le cancer de la prostate et le cancer du poumon. C’est le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes après le cancer du sein.

Dans 80% des cas, le cancer du côlon est causé par des tumeurs bénignes (c’est-à-dire non cancéreuses). Ces tumeurs bénignes sont très courantes et généralement peu graves, mais 2 à 3% d’entre elles se développent et finissent par se transformer en cancer. Cette transition est très lente et dure plus de 10 ans en moyenne.

Faites vous dépister ! 

Il est nécessaire de participer aux dépistages organisés. Tous les deux ans, les personnes âgées de 50 à 74 ans sont contrôlées par courrier, et des examens recommandés doivent être effectués en fonction de leurs conditions, afin d’intervenir au plus vite sur d’éventuels cancers. 

Le dépistage organisé consiste à effectuer à domicile, un test immunologique pour dépister le cancer colorectal. Le test est gratuit et facile à réaliser. Il peut détecter la présence (non visible) de sang occulte dans les selles. Si le résultat du test est positif (environ 5% des cas), une coloscopie sera réalisée pour trouver d’éventuelles anomalies, qu’elles soient cancéreuses ou non, un traitement précoce peut être effectué. 

L’objectif de Mars Bleu est d’informer, de sensibiliser et de communiquer tout au long du mois de mars pour lutter contre ce cancer. Le Groupe AVEC se mobilise et soutient cette lutte contre le cancer colorectal qui est à l’origine de 17 000 décès par an, c’est un des cancers les plus meurtriers. Quand le cancer colorectal est détecté assez tôt, 9 cas sur 10 guérissent. À l’inverse, s’il est détecté au stade avancé ou métastatique, il n’existe malheureusement, aucun traitement efficace. Alors faites vous dépister ! 

Le Groupe AVEC vous invite à consulter un de nos médecins traitants au sujet du dépistage du cancer colorectal. S’il le juge utile, il vous proposera de faire le test immunologique. 

Zoom sur les maladies rares

Zoom sur les maladies rares

Les maladies rares, ou maladies orphelines, touchent très peu de personnes : entre 5000 et 8000 dans le monde d’après l’organisation mondiale de la santé. Souvent méconnues et délaissées de la recherche médicale, une journée leur est dédiée depuis 2008 pour attirer l’attention du grand public et des décideurs sur les maladies rares et leur impact sur la vie des personnes concernées. Elle a lieu le 29 février, un jour bien particulier, que l’on peut considérer comme une date “rare” ! Depuis sa création, cette journée est célébrée tous les ans, le dernier jour de février pour sensibiliser le plus grand nombre sur ces maladies qui demeurent encore dans l’ombre.  

Qu’est-ce qu’une maladie rare ? 

Les maladies sont considérées comme rares lorsqu’elles touchent une personne sur 2000, soit pour la France moins de 30000 malades par pathologie

Les maladies rares touchent 3 à 4 millions de personnes en France et près de 25 millions de personnes en Europe. On dit également que la plupart de ces maladies sont « orphelines », car les personnes concernées ne peuvent pas bénéficier d’un traitement.

Une maladie orpheline fait référence à une maladie sans traitement ni recherche. Les termes « rare » et « orpheline » sont souvent utilisés de manière interchangeable.

À ce jour, plus de 8 000 maladies rares sont décrites et de nouvelles sont découvertes chaque semaine. 80% des maladies rares ont une origine génétique et d’autres sont plus rarement des maladies infectieuses ou des maladies auto-immunes (reflétant des anomalies du système immunitaire). Enfin, l’origine de certaines maladies reste un mystère.

Les maladies rares sont caractérisées par de multiples symptômes cliniques, qui varient non seulement d’une maladie à l’autre, mais également chez les patients atteints de la même maladie.

Des maladies avec différents signes

La plupart des maladies rares ont en général des conséquences sur la vie quotidienne de la personne concernée et de son entourage sur différents aspects. 

En effet, certaines maladies peuvent être visibles dès la naissance ou la petite enfance comme c’est le cas pour l’amyotrophie spinale infantile, l’ostéogenèse imparfaite ou encore le syndrome de Rett

D’autres maladies rares peuvent survenir plus tard à partir de l’âge adulte comme la maladie de Huntington, la maladie de Crohn, la maladie de Charcot, etc. Chacune de ces maladies peut s’exprimer différemment selon chaque individu en fonction du degré de handicap et de l’évolution de la maladie. 

Du fait qu’il n’y ait pas ou très peu de traitements pour guérir face à ces maladies, les conséquences en sont d’autant plus fortes, et impactent de manière prononcée sur le mode de vie des personnes atteintes par ces pathologies. 

C’est pourquoi depuis 2001, la plateforme maladie rare qui se compose de plusieurs structures : l’alliance maladies rares, AFMtéléthon, Eurordis, Fondation Maladies Rares, Maladies rares info services et Orphanet se mobilisent et sensibilisent l’opinion afin de faire avancer le combat contre les maladies rares. 

C’est en informant, en se mobilisant que la recherche médicale pourra évoluer pour améliorer la vie des personnes souffrant de ces pathologies.