Une prise en charge en hospitalisation de jour est proposée aux patients diabétiques de l’Hôpital de Chantilly – Les Jockeys

diabetologie-doctocare-chantilly-les-jockeys

Retour sur l’ouverture du service de diabétologie de l’Hôpital de Chantilly – Les Jockeys, un établissement du Groupe AVEC. L’ouverture du service s’est réalisée, en mars 2020, dans un contexte de très forte activité en lien avec la pandémie de COVID-19.

Ce service de diabétologie, qui a déjà pris en charge en hôpital de jour 1 124 patients et 1 878 en consultations, répond aux besoins croissants des patients diabétiques. Sa création s’inscrit également dans la volonté du Groupe AVEC d’être un opérateur global de santé pour “aider le plus grand nombre, à vivre en bonne santé, le plus longtemps possible”. 

Sous la responsabilité de Docteur JEANNE, médecin diabétologue et de Docteur SHEHATA, médecin diabétologue et endocrinologue, le service de diabétologie de l’Hôpital de Chantilly – Les Jockeys est composé de :

  • Médecin diabétologue et endocrinologue
  • IDE, 
  • Diététicien,
  • Secrétaire médicale.

Avec une prise en charge individualisée et adaptée, l’équipe pluridisciplinaire de professionnels de santé accompagne chaque patient dans le traitement de leurs déséquilibres du diabète ou dans la réalisation des bilans de dépistage ou de réévaluation du diabète. Après leurs soins, les patients peuvent regagner leur domicile sans passer de nuit à l’Hôpital de Chantilly – Les Jockeys. Un choix très appréciable pour le confort des patients. C’est une alternative essentielle à l’hospitalisation complète que le service a décidé de mettre en place. 

La prise de rendez-vous peut se faire directement en ligne, via le site Internet de l’Hôpital de Chantilly – Les Jockeys ou par téléphone auprès du secrétariat au 03 44 62 66 26.

Le Groupe AVEC est toujours mobilisé dans la lutte contre la COVID-19

Le Groupe AVEC est toujours mobilisé dans la lutte contre la COVID-19

Plus d’un an après le début de la pandémie, le Groupe AVEC et ses collaborateurs ne relâchent pas leurs efforts dans la lutte contre la COVID-19. Avec une mobilisation sans faille, alors que l’épidémie semble ne pas vouloir s’arrêter, l’ensemble des collaborateurs du Groupe AVEC, salariés et libéraux, personnels soignants et administratifs, continuent de se mobiliser sur l’ensemble du territoire français. 

Fortement impliqués dans la crise sanitaire, les 19 établissements hospitaliers du Groupe AVEC apportent leur soutien, pour épauler et désengorger les établissements publics.

À la clinique du Saint-Coeur à Vendôme (41) et à l’hôpital de Chantilly – Les Jockeys à Gouvieux (60), le personnel soignant s’est porté volontaire pour soutenir les centres hospitaliers voisins, et venir en renfort dans leurs unités de réanimation et autres secteurs. Même situation dans les cliniques de Saint-Brice (77), Romilly-sur-Seine (10), où elles se tiennent à disposition des établissements publics pour les épauler et assurer leur mission de soins.

En Normandie, l’hôpital Privé Centre Manche des sites de Saint-Lô et Coutances (50) organise la prise en charge territoriale avec le Centre Hospitalier Mémorial de Saint-Lô. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la clinique Malartic, située à Ollioules, reçoit les urgences et traite les patients dans son unité de médecine. La clinique de Bonneveine à Marseille (13) apporte son soutien pour la prise en charge des patients COVID au sortir de la réanimation. Ces réorganisations permettent de délester les hôpitaux actuellement surchargés. 

Afin de pouvoir accueillir des patients COVID, la clinique Saint-Jean l’Ermitage de Melun (77) est de nouveau fortement mobilisée dans cette troisième vague, et a recréé une unité de surveillance continue de 6 lits.

Au Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble (38), nos collaborateurs sont en première ligne aux urgences,  en médecine et dans les unités de soins continus. En raison de la croissance du nombre de cas de COVID sur le territoire Isérois, et selon les directives de l’Agence Régionale de Santé, le GHM a déprogrammé 50% des chirurgies conduisant à la diminution du nombre de lits d’hospitalisation en chirurgie de 87 à 50. L’établissement peut ainsi augmenter le nombre de lits en Unité de Soins Continus de 12 à 15 à partir du 6 avril, pour assurer la prise en charge de nouveaux patients COVID.

À la clinique Vauban, les personnels soignants participent à l’effort de vaccination. Ils interviennent pour vacciner la population dans le centre de vaccination de Livry-Gargan (93) ouvert par la municipalité.

Partout où les établissements du Groupe AVEC sont présents, ses collaborateurs sont mobilisés pour lutter contre l’épidémie et gagner. Bernard Bensaid, Président du Groupe AVEC tient à rendre hommage à l’ensemble des personnels soignants et administratifs pour leur engagement dans la lutte contre la COVID-19. 

Le centre dentaire Le Richelieu d’Agde a rejoint le Groupe AVEC

Le centre dentaire Le Richelieu d’Agde a rejoint le Groupe AVEC

Le centre dentaire Le Richelieu, centre associatif à Agde dont les difficultés l’ont conduit en liquidation judiciaire, a rejoint le Groupe AVEC, le 12 avril 2021. Par cette reprise, le Groupe AVEC vise à relancer l’activité dentaire du centre et continue de maintenir l’accès aux soins à tous. Il gère actuellement 28 centres dentaires répartis dans la France.

Le centre Le Richelieu à Agde est un cabinet dentaire de 3 fauteuils qui propose tous les soins d’omnipratique dentaire. 

À travers cette reprise, le Groupe AVEC s’engage pour la relance de l’activité du centre, le maintien d’un accès à toutes et à tous aux soins, grâce à une offre en secteur 1, sans dépassements d’honoraires, et avec la pratique du Tiers payant.

Le Groupe AVEC est ravi d’accueillir cette structure au sein de son réseau solidaire. Elle vient renforcer l’activité dentaire du Groupe. 

Ce développement s’inscrit dans la volonté du Groupe AVEC d’être un opérateur global de santé en France pour “aider le plus grand nombre, à vivre en bonne santé, le plus longtemps possible”.

Zoom sur la maladie de Parkinson

Zoom sur la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus courante après la maladie d’Alzheimer. Désormais, elle touche plus de 200 000 personnes en France, et l’augmentation du nombre de nouveaux cas chaque année est liée au vieillissement de la population. Le facteur de risque le plus important de la maladie de Parkinson est l’âge : le taux de prévalence chez les personnes entre 40 et 49 ans est de 0,04% et chez les personnes de plus de 80 ans, cette proportion s’élève à 2%. Les hommes sont plus touchés que les femmes. Après 40 ans, le ratio est de 2 hommes touchés par la maladie de Parkinson contre 1 femme touchés par la maladie.

Qu’est ce que la maladie de Parkinson ? 

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative évolutive qui s’attaque aux neurones présents dans le système nerveux. 

En raison de la perte de neurones de substance noire impliqués dans le contrôle du mouvement, ses principales caractéristiques sont des symptômes moteurs : mouvements lents, tremblements au repos, raideur musculaire et instabilité posturale. Les facteurs de risque peuvent avoir plusieurs sources (environnementales, génétiques, etc.), mais ils sont encore inconnus. 

De nos jours, le traitement n’est que symptomatique, il peut amener les patients à améliorer leur vie quotidienne, mais il n’existe aucun remède contre la maladie de Parkinson.

Quels sont les symptômes et leurs évolutions ?  

Certains signes peuvent alerter : 

  • Un état de fatigue et une difficulté de concentration,
  • La dépression,
  • La micrographie qui renvoie au fait d’écrire de façon très petite.

Si ces signes apparaissent de façon récurrente, il faudra alors consulter un médecin afin de diagnostiquer la maladie. 

Il y a trois principaux symptômes qui apparaissent au cours de la maladie : 

  • L’akinésie, dit également lenteur, est le symptôme le plus répandu chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Cela se manifeste par une difficulté et un ralentissement dans l’exécution de gestes simples du quotidien (bras figés, voix faible…). La personne ressent un excès de fatigue jusqu’à une incapacité à effectuer certains mouvements.
  • L’hypertonie est liée à une raideur ou rigidité des membres et de l’axe vertébral. Ce symptôme entraîne des tensions musculaires, des crampes et des raideurs dans les muscles. L’hypertonie se manifeste au niveau de la colonne vertébrale et des articulations. Cela engendre une difficulté dans l’exécution des mouvements chez la personne, qui aura tendance à effectuer des petits pas, et rencontrera des problèmes de posture : tête baissée, dos voûté.
  • Le tremblement est le symptôme le plus connu puisqu’il toucherait environ 70% des personnes atteintes. Il s’agit d’un tremblement qui agit en situation de repos lorsque le membre n’est pas en mouvement. Les tremblements sont généralement lents et apparaissent dès le réveil. Les membres les plus concernés par ce symptôme sont les mains et les poignets.

La maladie de Parkinson se manifeste aussi par des symptômes secondaires : douleur, crampes, picotements, constipation, miction urgente, baisse de la pression artérielle en cas d’élévation soudaine (hypotension orthostatique), transpiration et salivation abondantes, anxiété, dépression et irritabilité.

Il y a cinq stades d’évolution : 

  • Le premier stade : des symptômes unilatéraux apparaissent et n’interfèrent pas avec la vie quotidienne. 
  • Le deuxième stade : les signes sont encore unilatéraux, mais provoquent une gêne. 
  • Le troisième stade : signes physiques bilatéraux, changements posturaux, pas d’obstacles sérieux, autonomie complète.
  • Le quatrième stade : des obstacles plus sérieux, ils peuvent encore marcher, une autonomie limitée. 
  • Le cinquième stade : incapacité à marcher (fauteuil roulant, lit), perte totale d’autonomie.

En général, la maladie de Parkinson touche les personnes âgées entre 65 et 80 ans avec un pic autour de 70 ans. Cette maladie touche très rarement la population avant 45 ans. C’est pourquoi une aide à domicile peut s’avérer très utile pour les personnes atteintes de Parkinson. Trouvez votre aide à domicile et plus d’infos sur cette maladie ici.  

L’espérance de vie des malades peut varier d’un patient à l’autre selon la survenue plus ou moins tardive de la maladie et un repérage ainsi qu’une prise en charge précoce du patient atteint de la maladie de Parkinson. 

Si vous avez le moindre symptôme, n’hésitez pas à consulter un de nos spécialistes. Le Groupe AVEC aide le plus grand nombre à vivre en bonne santé le plus longtemps possible.

Clinique Bonneveine : découvrez des témoignages de patients pris en charge dans le centre des pathologies du sommeil

Clinique de Bonneveine : Ouverture d’un Centre des pathologies du sommeil

Près de 3 français sur 4 déclarent se réveiller au moins une fois par nuit, et 45% d’entre eux disent souffrir de troubles du sommeil. Ces troubles ont augmenté de 10 à 15% depuis le premier confinement. La période d’incertitude que nous vivons actuellement engendre de l’insomnie, du stress et de l’angoisse qui se reflètent dans la qualité de notre sommeil. C’est l’apparition de la “coronasomnie”, déclare Dr Fabrice Thoin, cardiologue somnologue, expert des pathologies du sommeil à la Clinique Bonneveine à Marseille, dans les colonnes de France 3 où il répond à 5 questions sur les troubles du sommeil.

Plus de la moitié des personnes concernées par ces pathologies n’en ont jamais parlé à un professionnel de santé. Or, un manque de sommeil peut avoir de lourdes conséquences sur notre état de santé, notre vie personnelle et professionnelle.

À l’occasion de la journée nationale du sommeil qui a eu lieu le 19 mars dernier, un reportage France Bleu a été réalisé sur les troubles du sommeil à la Clinique Bonneveine à Marseille, un établissement de santé du Groupe AVEC. 

Des témoignages diffusés sur les ondes de France Bleu 

Mike, patient du centre des pathologies du sommeil de la Clinique Bonneveine explique sa première nuit d’observation pour détecter la cause des troubles du sommeil afin d’y remédier. “C’est un soin qui va être nécessaire”, car il “veut se lever le matin en bonne forme et profiter de sa journée” explique Mike. Écoutez l’intégralité de son témoignage ci-dessous. 

Sandrine, marseillaise de 50 ans, explique sa difficulté à dormir plus de 4h par nuit même sous somnifère. Cela provoque de graves conséquences sur sa vie quotidienne, comme ne plus être en capacité de conduire dû à sa fatigue constante. Découvrez son témoignage ci-dessous.

Afin de répondre aux besoins des patients qui souffrent de troubles du sommeil (insomnies, apnées du sommeil, ronflement, somnolence, hypersomnie, fatigue chronique, etc.), le Centre des pathologies du sommeil de la Clinique Bonneveine délivrent aux patients une prise en charge complète pluridisciplinaire. Elle est à la fois psychologique, cardiaque, neurologique, ORL, sportive et également diététique.  Pour plus d’informations sur cette prise en charge globale et personnalisée, découvrez notre précédent article sur le centre des pathologies du sommeil

La prise de rendez-vous peut se faire directement à l’adresse mail suivante : consultations@avec.com, et par téléphone au 04 96 14 14 59.

E-santé : Geo Sentinel rejoint le Groupe AVEC

E-santé : Geo Sentinel rejoint le Groupe AVEC

Geo Sentinel, start-up qui propose une montre connectée avec des services d’alertes pour personnes en perte d’autonomie, a rejoint le Groupe AVEC, le 31 mars 2021. Cette arrivée s’inscrit dans la volonté de développement du Groupe AVEC dans le secteur de la santé numérique, en lien avec le lancement de sa plateforme de e-santé inclusive avec.fr.

Geo Sentinel a été sélectionnée parmi les 1 200 meilleures start-ups au monde pour présenter ses innovations lors du CES 2020 à Las Vegas en janvier dernier, salon mondial le plus important consacré à l’innovation technologique et à l’univers du numérique.

Geo Sentinel offre la possibilité de suivre en temps réel l’état physiologique et les déplacements de vos proches ou patients.

Grâce à des capteurs intelligents et un bouton d’appel SOS intégrés dans nos dispositifs connectés, les proches sont immédiatement alertés lors de chutes, fugues ou situation de détresse des personnes accompagnées.

Le Groupe AVEC est ravi d’accueillir cette structure et son équipe au sein de son réseau solidaire. Son arrivée contribue à développer la médecine 4P (médecine personnalisée, préventive, prédictive et participative) sur laquelle il souhaite travailler. Ce développement s’inscrit dans la volonté du Groupe AVEC d’être un opérateur global de santé en France pour “aider le plus grand nombre, à vivre en bonne santé, le plus longtemps possible”.

La Clinique Bonneveine upgrade son équipement avec l’acquisition d’un microscope chirurgical pluridisciplinaire

La Clinique Bonneveine upgrade son équipement avec l’acquisition d’un microscope chirurgical pluridisciplinaire

Tout au long de son histoire, la Clinique Bonneveine, établissement du Groupe AVEC s’est toujours modernisée pour répondre plus efficacement aux besoins de ses patients et leur offrir des soins associant sécurité et qualité. 

Poursuivant la modernisation de son plateau technique, la Clinique Bonneveine améliore sa prise charge opératoire avec l’acquisition d’un microscope chirurgical pluridisciplinaire au sein du bloc pour les micro chirurgies ORL et orthopédique.

Cette technologie de microscopie innovante offre aux chirurgiens une profondeur de champ améliorée, un positionnement précis et une manœuvrabilité remarquable. Grâce à ce niveau de précision élevé, ce microscope permet de réaliser des interventions complexes et minimalement invasives, afin d’aboutir aux meilleurs résultats cliniques possibles.

Aujourd’hui, la Clinique de Bonneveine est dotée d’un laboratoire de biologie médicale, d’un centre de radiologie et d’un centre de consultations pluridisciplinaire, et dispose d’un plateau technique chirurgical qui comporte 5 salles d’intervention et une salle de réveil de 8 postes. 

Fidèle à sa vocation d’offrir des soins de proximité et de qualité à tous, cet établissement du Groupe AVEC offre à ses patients une prise en charge de pointe et de meilleures conditions de travail pour les professionnels de santé. 

Mars Bleu : prévention et dépistage du cancer colorectal !

Mars Bleu : prévention et dépistage du cancer colorectal !

Chaque année se déroule Mars Bleu, le mois du dépistage du cancer colorectal, le 3e cancer le plus fréquent en France. Pour lutter contre le cancer colorectal, la réponse est simple : le dépistage. Il s’effectue à domicile avec un test immunologique. En fonction des résultats, une coloscopie pourra être ensuite réalisée. Pour en savoir plus, lisez cet article

Le cancer du côlon reste le deuxième cancer le plus meurtrier en France. Plus que jamais, la sensibilisation au dépistage du cancer colorectal est importante. À cette occasion, tous les acteurs de la santé se sont mobilisés, découvrez les actions menées cette année partout en France.

Quelles actions de sensibilisation sont mises en place pendant Mars Bleu ? 

Malgré la pandémie qui nous touche, de nombreuses actions et animations de prévention sont mises en place (en majorité virtuellement) par plusieurs acteurs du monde de la santé, pendant tout le mois de mars afin de lutter contre le cancer colorectal : 

  • La Ligue contre le Cancer organise une exposition virtuelle et interactive pour comprendre, dépister, prévenir et soigner les cancers colorectaux. La plateforme du Côlon tour vous emmène à la découverte de l’évolution des polypes, vous dévoile les facteurs de risque et les moyens pour agir pour lutter contre le cancer colorectal.
  • Deux hashtags ont été créés pour relayer la campagne Mars Bleu sur les réseaux-sociaux : #ParlonsFesses et #BougerVosFesses. Ces hashtags permettent de libérer la parole sur le cancer colorectal.
  • Le Centre des Dépistages des Cancers Auvergne Rhône-Alpes lance du 15 mars au 4 avril le challenge connecté appelé Mars Bleu AuRa. Gratuit et ouvert à tous, l’objectif de ce challenge est de réaliser le plus grand nombre de kilomètres. Il peut être réalisé seul ou en équipe. Le nombre de pas est comptabilisé via une application. 
  • Sur la même thématique, le centre de dépistage des Cancers (CRCDC Sud PACA) lance le Défi Mars Bleu Connecté. Le but est de faire un maximum de kilomètres pour lutter contre le cancer colorectal. 
  • L’association Agir contre le Cancer 26 a également organisé le 2 mars des parcours de marche de 5 à 10 km au Bois des Naix à Bourg-de-Péage. Tous les participants étaient vêtus de bleu pour l’occasion. 

Chaque année, de nombreuses associations soutiennent l’événement : La Ligue contre le Cancer, l’Institut national du Cancer (InCA), la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, l’Institut Gustave Roussy, l’Association de Prévoyance Santé, l’AMGEN et Rose Up, l’Afa Crohn RCH France, Agir contre le Cancer 26, la Fédération de l’Hospitalisation privée Médecine, Chirurgie, Obstétrique…

Les établissements de santé du Groupe AVEC soutiennent et s’engagent eux aussi contre le cancer colorectal, afin d’aider le plus grand nombre à vivre en bonne santé le plus longtemps possible.

Zoom sur l’endométriose

Zoom sur l’endométriose

L’endométriose est une maladie qui touche 10% des femmes en âge de procréer, soit 2,5 millions de femmes en France, et pourtant peu de personnes en parlent. Longtemps ignorée, cette maladie reste mal connue, puisqu’un diagnostic est posé qu’au bout de 7 ans en moyenne. Aujourd’hui, il n’existe toujours pas de traitement curatif. Composé à 91% de collaboratrices féminines, le Groupe AVEC se mobilise dans la lutte contre l’endométriose. 

Qu’est-ce que l’endométriose ? 

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique qui peut se manifester dès la puberté, à l’adolescence. Cette maladie est causée par la présence de cellules de l’endomètre (revêtement interne de l’utérus) qui se situent en dehors de l’utérus. C’est-à-dire que les cellules qui composent l’endomètre sortent de la cavité utérine, par les trompes de Fallope, et s’installent dans d’autres organes de l’abdomen.

Chez une femme en bonne santé, à chaque cycle menstruel, sous l’influence des œstrogènes, l’endomètre à l’habitude de s’épaissir en prévision d’une grossesse. S’il n’est pas fécondé, il se décompose et saigne, ce qui provoque les règles. 

En revanche, chez les femmes atteintes d’endométriose, les cellules qui ont migré à l’extérieur de l’utérus sensibles aux hormones saignent à l’extérieur de l’utérus. Or, ce sang ne peut pas être évacué naturellement lors de la menstruation. Cela peut provoquer des lésions, des nodules ou des kystes à l’endroit où se trouve le tissu, et provoquer une inflammation, formant des cicatrices fibreuses. Les organes voisins peuvent être touchés et cela peut provoquer un dysfonctionnement de leurs activités.

Maladie complexe : les différents types d’endométriose

D’une femme à l’autre, l’endométriose se développe différemment. C’est pourquoi, on dit qu’il n’y a pas “une” mais “des” endométrioses. 

Les 3 types d’endométrioses : 

  • L’endométriose superficielle (ou péritonéale), indique la présence d’implants d’endomètre ectopiques à la surface du péritoine (membrane tapissant la cavité abdominale et les organes qui s’y trouvent).
  • L’endométriose ovarienne : l’endométriome ovarien est un type de kyste ovarien, qui se caractérise par une teneur en liquide de couleur marron. 
  • L’endométriose pelvienne profonde (ou sous-péritonéale) représente les lésions qui s’infiltrent à plus de 5 mm sous la surface du péritoine. L’endométriose profonde peut généralement affecter les ligaments utérosacrés (représentant 50% des cas), les voies vaginales postérieures (représentant 15%), les intestins (représentant 20-25%), se manifestant principalement par la surface antérieure du rectum et la jonction du recto-sigmoïdienne, de la vessie (10%), de l’uretère (3%) et de la cavité pelvienne, du côlon sigmoïde, du côlon droit, de l’appendice et de l’iléon terminal.

Alors si vous avez des fortes douleurs pendant les règles, des douleurs pendant les rapports sexuels appelés dyspareunies ou des douleurs pelviennes régulières, sachez que ce ne sont pas des symptômes normaux chez les femmes. Ces symptômes peuvent parfois être des signes d’endométriose, et provoquer par la suite un risque d’infertilité. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un de nos professionnels de santé (médecin généraliste, gynécologue) du Groupe AVEC. 

Un nouveau dispositif pour lutter contre le surpoids et l’obésité est proposé aux patients de la Clinique Vauban

Un nouveau dispositif pour lutter contre le surpoids et l’obésité est proposé aux patients de la Clinique Vauban

La Clinique Vauban a mis en place le Programme Elipse™, développé par Allurion, dans son établissement. Ce dispositif médical de nouvelle génération propose des caractéristiques innovantes pour une meilleure prise en charge de l’obésité. Il s’adresse aux personnes en situation de surpoids ou d’obésité ayant un IMC (indice de masse corporelle) supérieur à 27. 

Le Programme Elipse™, une prise en charge globale de l’obésité et du surpoids innovante

Cette nouvelle prise en charge repose sur la pose d’un ballon intra-gastrique Elipse™ et un accompagnement personnalisé complet, composé d’un suivi médical, diététique, psychologique et comportemental délivré par nos équipes de spécialistes.

Avec ce ballon, aucune intervention chirurgicale, anesthésique ou endoscopique n’est nécessaire pour permettre sa pose. Il est ingéré simplement par voie orale. Sa position est ensuite contrôlée par une radiographie. Après cette vérification, le ballon intra-gastrique Elipse™ est gonflé de 550 ml de liquide par l’intermédiaire d’un très fin cathéter. Une fois la pose effectuée, les patients peuvent rentrer chez eux en toute sécurité. Il leur est possible de reprendre leurs activités normales directement après la pose du ballon, cependant il est tout de même recommandé de prévoir quelques jours de repos pour éviter d’éventuels effets secondaires. 

Présent pendant 4 mois environ dans l’estomac, le ballon intra-gastrique Elipse™ permet de réduire la sensation de faim et donc la quantité d’aliments ingérés. En plus de ces effets, il procure aussi une sensation de satiété plus amplifiée et prolongée. Durant les 16 semaines de traitement du Programme Elipse™, les patients disposent d’une balance électronique connectée reliée à une application mobile pour suivre leurs progrès. Ils sont également accompagnés directement par un programme diététique personnalisé d’une durée de 6 mois, ainsi qu’un programme d’activités physiques et sportives qui leur est adapté. 

Son retrait ne nécessite aucune intervention particulière. Il s’élimine par voie naturelle 4 mois après sa pose. 

Déjà installé au sein de l’Hôpital Privé du Centre Manche établissement du Groupe AVEC implanté à Saint-Lô, 95% de la perte de poids moyenne obtenue avec Elipse™ peut être maintenue 12 mois après élimination du ballon1.

Pour bénéficier de cette prise en charge globale, la prise de rendez-vous peut se faire directement sur Doctolib ou par téléphone au 01 45 09 76 78.

1  https://allurion.com/fr/ballon-elipse-allurion