Le marché de l’automédication en recul

Après deux années de fortes hausses, les ventes de médicaments sans ordonnance en France ont chuté de 3.7% en 2017. La moyenne française d’automédication (13%) est également deux fois moins importante que la moyenne européenne (23.6%).

Cependant, 8 Français sur 10 pratiquent encore l’automédication en 2018 : 75% des hommes et 85% des femmes. Ces chiffres varient fortement pendant les différentes saisons. En effet, 79% des Français achètent des médicaments en libre service en hiver, contre 49% l’été et 40% au printemps. Leur utilisation est donc faite de manière raisonnée. 

83% des Français se rendent au moins une fois chaque année chez un médecin généraliste, contre 3% qui ne vont jamais le consulter. Une différence existe également selon les régions : les habitants du Nord Est de la France sont les plus nombreux à se rendre au moins une fois par mois chez leur médecin généraliste (18 %). À l’inverse les Franciliens et les habitants du Sud Est, s’y rendent mensuellement le moins souvent (7% et 9%). Comment cela peut s’expliquer ? Près d’un tiers des Français ressentent des difficultés d’accès à consulter leur  médecin généraliste.

Les principaux motifs de consultation – Source : Medaviz

Face aux problèmes récurrents de déserts médicaux et à l’augmentation des délais pour obtenir un rendez-vous de consultation, l’automédication est devenue une alternative fréquente exercée par de nombreux Français. 

Les Français sont mal renseignés

En France, l’automédication est en baisse mais le manque de connaissance des patients reste trop élevé. Il n’existe aucune campagne publicitaire française qui incite les patients à acheter des médicaments sans ordonnance. Comparativement, les autres pays d’Europe comme l’Angleterre sensibilisent leurs habitants à de nouvelles habitudes, comme par exemple, celle de se tourner vers un pharmacien lors de la présence de symptômes hivernaux. Il faut également noter qu’il existe beaucoup moins de médicaments disponibles sans ordonnance en France que dans d’autres pays européen.

La plupart pensent que les médicaments sans ordonnance sont les plus chers. Or, cela est totalement faux. En effet, la France est l’un des pays où les prix sont les plus faibles. Les médicaments sans ordonnance sont notamment deux fois plus chers en Allemagne et en Suède par exemple. Bien qu’une hausse des prix est à notifier ces dix dernières années (+ 9% du prix moyen de “panier” médicaments), les médicaments sans ordonnance restent largement abordables.

Des mesures doivent être prises en France, comme par exemple, intégrer le selfcare comme première étape du parcours de soins pour les pathologies bénignes. En effet, 27% des Français pensent que l’on prescrit trop d’antibiotiques. Pour se faire, les pharmaciens doivent être en mesure de proposer une offre de soin personnalisé, comme le font de nombreux pays européens. 

Pensez-vous que les médecins prescrivent trop d’antibiotiques ? 

Le bilan de l’Afipa

Le 2 octobre 2018, Patrick Bossard de l’Afipa (l’association professionnelle qui représente les industriels qui produisent et commercialisent des produits de santé disponibles en pharmacie sans ordonnance) soulignait lors d’une interview avec France Info que « le développement d’une automédication responsable et citoyenne est en parfaite cohérence avec les deux premiers objectifs de la stratégie nationale de santé : la prévention et la promotion de la santé ainsi que la lutte contre les inégalités territoriales et financières d’accès à la santé. » Il est déclaré « indispensable de conduire, à l’échelle nationale, une campagne de sensibilisation grand public sur les bons réflexes à avoir en matière de santé et, entre autres, d’automédication ». 

Le développement de l’automédication responsable permettrait de désencombrer les salles d’attente des médecins généralistes. 

Les dernières actualités

Pas encore de commentaire.


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *