Skip to content

Huit Français sur dix sont favorables à l’utilisation du cannabis thérapeutique

Huit Français sur dix sont favorables à l’utilisation du cannabis thérapeutique

En 2020, l’expérimentation du cannabis thérapeutique commence en France

L’Assemblée nationale a donné son feu vert en octobre 2019 pour effectuer un essai thérapeutique sur le cannabis pendant deux ans. 

Près de 3 000 patients atteints de maladies graves devraient participer à l’expérimentation dès septembre 2020, en France. Différentes précautions seront prises au cours de cette année : un registre national, par exemple, sera mis en place pour suivre les patients. L’expérimentation coûtera plusieurs millions d’euros et sera financée par le Ministère des Solidarités et de la Santé.

D’où vient la connaissance des vertus du cannabis : la phytothérapie ?

La phytothérapie est la médecine basée sur le traitement ou la prévention des maladies, par l’usage des plantes.

Les fermiers du Néolithique, il y a plus de dix mille ans, cultivaient déjà des plantes aux vertus médicinales. Le premier texte de médecine date de trois mille ans avant Jésus-Christ.  Gravé sur une tablette d’argile par les Sumériens, celui-ci expliquait l’usage du myrte, du chanvre ou encore du thym sous forme de décoction filtrée. À cette époque, on ne parlait pas encore de phytothérapie, mais d’herboristerie.

L’herboristerie repose sur l’utilisation de plantes médicinales sous forme d’infusion, de décoction ou de macération. La phytothérapie est en quelque sorte la version moderne de l’herboristerie. Là où l’herboriste préférera utiliser la plante complète, le plus souvent, un phytothérapeute n’utilisera qu’un principe actif extrait de cette même plante qu’il pourra alors proposer sous la forme de gélules, de tisanes, etc.

L’utilisation de la plante de cannabis s’est dégradée

Il y a 2 800 ans, le cannabis était utilisé en Chine pour soulager les rhumatismes, la constipation, les crampes menstruelles, etc. Son usage s’est ensuite répandu en Inde, puis au Moyen-Orient ou en Afrique. 

À partir du XIXè siècle et jusqu’au début du XXè siècle, le cannabis fut utilisé assez régulièrement dans la médecine occidentale, comme sédatif ou anti-douleur. Le déclin de son utilisation médicale serait lié à la forte variation d’efficacité d’une plante à l’autre. 

Après l’arrivée des hippies à la seconde moitié du XXè siècle, le cannabis n’a plus été considéré comme une plante médicinale, mais à l’inverse récréative, ce qui a mené à la répression de son usage.

Quels sont les effets thérapeutiques du cannabis ?

Malgré la répression de l’utilisation du cannabis, la recherche a continué. On a, depuis, isolés les principaux constituants du cannabis que sont le THC et le CBD permettant, de mieux contrôler l’efficacité de la plante. Le cannabis thérapeutique est donc un dosage équilibré de cannabidiol CBD réputé pour ses propriétés sédatives et de tétrahydrocannabinol THC, responsable de l’effet euphorisant. C’est cette dernière substance qui agit sur le système nerveux et entraîne les effets récréatifs chez les fumeurs de cannabis.
Les propriétés médicinales du cannabis sont très intéressantes, et pourraient permettre à de nombreux patients atteints de maladies de mieux supporter les effets secondaires de leur traitement. En effet, le cannabis thérapeutique a notamment des propriétés anti-vomitives, relaxantes et analgésiques. Il peut donc aider les patients souffrant de nombreuses pathologies comme la migraine, la sclérose en plaques, l’épilepsie, la maladie d’Alzheimer, le sida, ou certains cancers. En France, ce sont près de 300 000 personnes qui pourraient être concernées.

Ne soyez plus le dernier au courant !