Reprise du Grand Conseil de la Mutualité : Doctegestio et l’Hôpital Européen prennent de nouveaux engagements vis-à-vis des salariés

gcm doctegestio 11 18

Le 27 novembre 2018, le Tribunal de Grande Instance de Marseille désignera, parmi les 2 offres proposées, le repreneur des 29 établissements de santé du Grand Conseil de la Mutualité (GCM), dont la liquidation judiciaire a été prononcée le 30 octobre dernier.

C’est dans ce cadre que le groupe Doctegestio et la Fondation Ambroise Paré – Hôpital Européen ont présenté leur offre conjointe, lundi 12 novembre, aux Institutions Représentatives du Personnel (IRP) du GCM, allant même jusqu’à l’améliorer en séance.

L’offre économique de reprise déposée par le groupe Doctegestio et l’Hôpital Européen

L’offre de reprise déposée conjointement par le groupe Doctegestio et l’Hôpital Européen au Tribunal de Grande Instance et présentée lundi 12 novembre aux IRP comportait déjà les engagements suivants en matière économique :

  • Reprise de l’ensemble des activités médicales et médico-sociales du Grand Conseil et de l’ensemble de ses établissements
  • Reprise de tous les actifs immobiliers et de tous les baux en cours
  • Reprise de la totalité des stocks
  • Reprise de l’ensemble des participations détenues

Le volet social de l’offre de reprise présentée par le groupe Doctegestio et l’Hôpital Européen

L’offre de reprise comportait également un volet social important :

  • Reprise de la totalité des postes médicaux ou non du Grand Conseil (CDI, CDD, stages en cours), soit 622 collaborateurs
  • Maintien de tous les contrats de travail en cours et de leurs avenants, y compris ceux des praticiens
  • Maintien de l’ensemble des accords d’entreprise et de la convention collective
  • Reprise de l’intégralité du passif social (congés payés, RTT, indemnités de fin de carrière etc.)

Une offre sociale augmentée, en séance, et qui va au-delà des exigences légales

En dialogue avec les Institutions Représentatives du Personnel du GCM, Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio et Jean-Luc Dalmas, Directeur général de l’Hôpital Européen, ont amélioré ces engagements initiaux en matière sociale, en allant au-delà des exigences légales prévues pour une reprise.

Les repreneurs se sont ainsi engagés à :

  • Préserver le statut mutualiste, grâce à la mutuelle doctocare du groupe Doctegestio
  • Conserver en tous points la convention collective en cours au GCM et ses avantages, grâce à la préservation du statut mutualiste
  • Maintenir les accords d’entreprise au-delà de la période légale
  • Conserver la totalité des emplois pendant 6 ans, en triplant l’obligation légale limitée à 2 ans
  • Conserver les Institutions Représentatives du Personnel jusqu’à la fin de leurs mandats, en opposition avec l’offre concurrente des Mutuelles de France Réseau Santé (MFRS) qui annonce vouloir y mettre fin sous 2 mois.

« Je remercie les Institutions Représentatives du Personnel du Grand Conseil de la Mutualité qui ont écouté avec attention l’offre initialement présentée par le groupe Doctegestio que je préside et la Fondation Ambroise Paré – Hôpital Européen que dirige Jean-Luc Dalmas. Je les remercie surtout pour la qualité du dialogue qui s’est manifestement noué et qui a permis d’aller encore plus loin dans ce volet social que nous mettrons en œuvre ensemble, puisque nous conserverons leurs mandats jusqu’à leur terme. Ces avancées, co-construites, ont été rendues possibles par un projet de reprise résolument tourné vers l’avenir et qui s’appuie à la fois sur un projet médical de qualité et sur un projet de développement ambitieux, réaliste et fondé de l’offre de santé dans les Bouches-du-Rhône. »

Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio

Doctegestio s’allie à la Fondation Ambroise Paré – Hôpital Européen pour une offre de reprise des activités du Grand Conseil de la Mutualité

grand conseil mutualite 10 18

En redressement judiciaire depuis novembre 2011, le « Grand Conseil de la Mutualité » et ses 29 établissements des Bouches-du-Rhône risquent désormais la liquidation.

Après une première offre de reprise déposée seul le 18 octobre 2018, le groupe Doctegestio et la Fondation Ambroise Paré – Hôpital Européen se rapprochent pour déposer une nouvelle offre, conjointe. Le Tribunal de Grande Instance de Marseille devrait rendre son jugement le 27 novembre prochain.

Le Grand Conseil de la Mutualité, un acteur de santé de premier plan dans les Bouches-du-Rhône

Société mutualiste, le Grand Conseil de la Mutualité gère, sur l’agglomération Marseillaise, 24 établissements sanitaires et 5 établissements médico-sociaux : 11 Centres de santé polyvalents médicaux et dentaires, 10 Centres de santé dentaires, 4 services de soins infirmiers à domicile pour les personnes âgées, 1 service de soins infirmiers à domicile pour les personnes en situation de handicap et 1 Résidence Autonomie. En redressement judiciaire depuis novembre 2011 et face aux déficits d’exploitation qui s’accumulent, le Tribunal de Grande Instance de Marseille est désormais à la recherche de repreneurs.

Pourquoi Doctegestio s’allie-t-il à la Fondation Ambroise Paré – Hôpital Européen pour déposer une nouvelle offre ?

Le groupe Doctegestio justifie déjà de la reprise réussie d’un établissement du Grand Conseil de la Mutualité, puisqu’en octobre 2012 la Clinique de Bonneveine a été reprise sous l’enseigne médicale du Groupe, doctocare. Une reprise réussie qui s’est depuis accompagnée de l’ouverture d’un magasin médical, d’un centre optique et d’un centre dentaire. La Clinique de Bonneveine est donc associée au montage pour la reprise, cette fois, de l’ensemble des activités du Grand Conseil de la Mutualité : un gage de confiance important pour l’ensemble des praticiens et des collaborateurs du Grand Conseil.

Aujourd’hui, le groupe Doctegestio gère dans l’agglomération marseillaise, dans le 8ème arrondissement, le site de Bonneveine composé d’une clinique, d’un centre de consultations et de soins externes, d’un laboratoire de biologie médicale, d’un service d’imagerie médicale, d’un centre dentaire, d’un magasin de matériel médical, d’un magasin d’optique, et dans le 1er arrondissement le centre dentaire Canebière.

L’alliance du groupe Doctegestio avec la Fondation Ambroise Paré – Hôpital Européen permet de s’appuyer sur une implantation dans le nouveau quartier Euroméditerranée, proche des quartiers Nord de Marseille, où est situé l’Hôpital Européen.

Avec 400 millions de chiffre d’affaires pour Doctegestio et 150 millions pour l’Hôpital Européen, la surface financière de l’offre commune est de 550 millions d’euros, bien supérieure aux offres concurrentes et de nature à garantir un redressement rapide, solide et pérenne des activités du Grand Conseil.

Quelles garanties l’offre commune Doctegestio/Fondation Ambroise Paré apporte-t-elle ?

En s’appuyant sur la Clinique Bonneveine au Sud et l’Hôpital Européen au Nord, l’offre commune propose les garanties suivantes pour la reprise des activités du Grand Conseil : une reprise de l’ensemble des 622 salariés; la conservation des conventions collectives et accords d’entreprise en vigueur dans les établissements et services repris ; une surface financière permettant de supporter les pertes jusqu’au complet redressement; le maintien et le développement des investissements en cours et prévus.

« Par son maillage territorial et sa complémentarité, la reprise des établissements de santé et médico-sociaux du Grand Conseil permettra de conserver et de développer une offre de santé de proximité, notamment dans les quartiers Nord de Marseille. Notre offre commune mettra fin à de nombreuses années d’incertitude pour les collaborateurs du Grand Conseil. Ensemble, nous les conduirons de la reprise vers l’excellence, dans une sérénité retrouvée : une excellence en santé garantie et soutenue par une efficience en gestion. »

Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio

La Clinique du Dr Henry Guillard, reprise par le groupe Doctegestio le 12 octobre 2017, sort du redressement judiciaire

coutance cp 10 18

Le Tribunal de Commerce de Coutances a définitivement adopté le 2 octobre dernier le plan de redressement de la Clinique du Docteur Henry Guillard à Coutances, dans la Manche (50), proposé par le groupe Doctegestio.

Le Tribunal vient donc de mettre fin à la période d’observation.

Une fin de redressement confirmée par le Tribunal

Les équilibres financiers des années 2016 et 2017 avaient été mis à mal suite à des problèmes de santé, décès et départs en retraite de plusieurs praticiens. La clinique s’était alors prudemment placée sous la bienveillance du Tribunal de Commerce le 10 janvier 2017 afin de se donner le temps de trouver de nouveaux praticiens ainsi qu’un nouveau partenaire. C’est ainsi qu’à l’automne 2017 le groupe Doctegestio, présidé par Bernard Bensaid, reprend l’établissement après plusieurs mois de concertation.

Au printemps 2018, les efforts de recrutement commencent à porter leurs fruits et après 22 mois de redressement judiciaire, la clinique du Dr Henry Guillard sort « par le haut » de deux années très délicates sur le plan financier.

Proximité et renforcement de l’offre de soins

Les difficultés de ces derniers mois n’auront en rien affecté la qualité et la sécurité des soins de l’établissement déjà certifié au niveau le plus haut (« A »). Les praticiens et les personnels auront su accueillir et prendre en charge les patients avec cette implication constante et cette attention qui ont fait la réputation de l’établissement depuis plusieurs décennies. Le service de Soins Non Programmés (SNP), qui permet une prise en charge alternative aux Urgences, continue d’accueillir au quotidien les patients sans rendez-vous.

Avec la relance de la chirurgie ophtalmologique et de la chirurgie digestive ainsi que le développement continu de la chirurgie orthopédique, de la chirurgie esthétique, plastique et reconstructrice, sans oublier la chirurgie ORL, et la chirurgie radioneurologique, la Clinique du Docteur Henry Guillard propose à nouveau une offre complète de soins chirurgicaux.

De plus, avec la reprise au printemps dernier de la clinique de Saint-Lô par le groupe Doctegestio les deux établissements collaborent en s’appuyant sur leurs complémentarités afin de faire jouer mutualisations et synergies et ainsi consolider une large offre de soins, au plus près des patients du Centre Manche.

Première mondiale pour Doctegestio : la Clinique Mutualiste Malartic d’Ollioules équipée du seul IRM Tesla 1.5 de cette technologie installé à ce jour !

irm malartic 09 18 2

Le groupe Doctegestio est très fier d’annoncer qu’un établissement Doctocare, branche santé du Groupe, vient de connaître un première mondiale, quelques mois seulement après sa reprise en novembre 2017.

En effet, la Clinique Mutualiste Malartic d’Ollioules dans le Var vient de s’équiper d’un appareil d’Imagerie de Radiologie Médicale (IRM) de dernière génération.

Un exemplaire d’IRM Tesla 1.5 unique au monde qui améliore le confort des patients

Le modèle Tesla 1.5 Vantage Orian est l’unique exemplaire installé à ce jour dans le monde. Livré voici deux semaines, il équipe désormais la Clinique Mutualiste Malartic d’Ollioules.

La technologie Tesla est développée par Canon/Toshiba. Le modèle 1.5 Tesla a une qualité de prise de vue presque équivalente au modèle 3 Tesla. Il apporte un confort bien meilleur pour les patients, notamment du point de vue du bruit. Moins bruyant que les autres IRM, il fait moins penser à un marteau-piqueur et est ainsi beaucoup moins anxiogène. Avec le tube le plus large de tous les IRM existant (71cm), il permet de réduire l’anxiété, notamment pour les patients souffrant de claustrophobie et est beaucoup plus confortable pour les patients souffrant d’obésité.

De plus, la rapidité de prise de coupe permet d’effectuer l’examen d’imagerie avec une respiration continue, alors qu’habituellement cet examen est difficile, voire impossible pour les patients qui refuseraient ou ne comprendraient pas les instructions de blocage de respiration.

Enfin, l’appareil permet l’auto-positionnement des coupes cérébrales, rachis et articulaires : un gain de temps, et donc de confort, pour la préparation des patients et l’enchaînement des prises.

La France, avant l’Espagne !

Cette première mondiale va bientôt être suivie par l’arrivée d’un 2ème exemplaire d’IRM vantage Orian, en Espagne cette fois. Pour Canon/Toshiba, il s’agit en effet d’apporter une technologie de haute qualité alternative à l’acquisition d’un modèle 3 Tesla soumis en France à autorisation très limitée par les Agences Régionales de la Santé (ARS). Cet appareil doit permettre de consolider une prise en charge de qualité et de proximité dans les territoires.

Une offre renforcée pour la Clinique Mutualiste Malartic du groupe Doctegestio

Quelques mois seulement après avoir rejoint Doctocare, la branche santé du Groupe Doctegestio, la Clinique Mutualiste Malartic d’Ollioules dans le Var qui disposait déjà d’un plateau technique et d’équipes médicales de haut niveau, continue à faire appel aux technologies de pointe pour renforcer la qualité de son offre de soins de proximité.

« Cette nouvelle prouve que le groupe Doctegestio accompagne les établissements et services qu’il reprend ou qui le rejoignent, vers l’excellence. Ce nouvel IRM vient en effet renforcer une offre d’imagerie respectueuse du confort des patients, comme les services d’urgences, de chirurgie, de consultations de médecine de la Clinique. Car la Clinique Malartic est le seul établissement MCO Mutualiste, donc non lucratif du Département du Var : il ne pratique pas de dépassement d’honoraires. Chaque jour, réunies autour de valeurs humaines et morales communes, ses équipes mettent tout en œuvre pour assurer aux patients une prise en charge globale adaptée et de qualité. La Clinique Mutualiste Malartic et ses équipes font honneur à Doctocare, la branche santé de notre Groupe. »

Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio

La Clinique Saint-Jean l’Ermitage, une des deux cliniques privées agréées par l’ARS pour la formation des internes de CHU en chirurgie orale

csje ars 09 18

Reprise par le groupe Doctegestio le 18 juin dernier, la clinique Saint-Jean L’Ermitage est désormais rattachée à Doctocare, marque santé du Groupe.

Engagée dans le plus grand partenariat sanitaire public/privé de France avec le groupe Hospitalier Sud Ile-de-France, elle forme avec lui le SantéPôle de Melun, en Seine-et-Marne.

Elle est désormais l’une des deux cliniques d’Ile-de-France que l’ARS vient d’agréer pour une formation spécialisée des internes.

L’une des deux cliniques d’Ile-de-France à recevoir l’agrément de l’ARS

Les Agences Régionales de la Santé (ARS) agréent des lieux de stage pour la formation pratique des internes des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU). C’est ainsi que la Clinique Saint-Jean L’Ermitage fait partie de la liste des lieux de stage que l’ARS Ile-de-France vient de publier.

Selon la procédure rappelée par l’ARS : « L’agrément d’un service a pour principal objet de valider l’intérêt pédagogique du terrain de stage que constitue un service pour la formation initiale des futurs professionnels de santé et de permettre l’accueil d’interne(s) au sein de ce service.« 

Il s’agira donc pour la Clinique, d’accueillir de futurs praticiens dans le cadre de la préparation de leur diplôme d’études spécialisées (DES) en chirurgie orale. Ils seront encadrés par le Professeur Guy Marti, Chef du service “Stomatologie, Chirurgie maxillo-faciale et Chirurgie orale”. Cet agrément va permettre d’accueillir de jeunes praticiens et de les accompagner dans leur apprentissage de la chirurgie orale qui repose sur une double compétence médicale et dentaire.

La Clinique Saint-Jean L’Ermitage est l’un des deux établissements de santé d’Ile-de-France à être ainsi reconnue, par cet agrément, comme un lieu d’excellence pour la formation des futurs praticiens en chirurgie orale. L’agrément est valable pour une durée de 5 ans, jusqu’en 2023.

La Clinique Saint-Jean L’ermitage, un pôle d’excellence en Seine-et-Marne

Dotée d’un plateau technique ultra moderne (achevé en juin 2018), la Clinique Saint-Jean L’Ermitage propose une offre pluridisciplinaire de prise en charge des patient-e-s. Depuis juin 2018, la clinique est adossée à Doctocare, la branche santé du groupe Doctegestio. Partenaire du SantéPôle de Seine-et-Marne, le plus grand projet de coopération public-privé de France, la Clinique Saint-Jean L’Ermitage met en œuvre des moyens médicaux, techniques et administratifs permettant d’offrir une qualité de soins optimale aux patients. Elle est venue renforcer l’offre Doctocare en Seine-et-Marne, déjà composée d’un centre dentaire, optique et audio à Melun et l’offre médico-sociale de l’amapa avec deux services d’aide et d’accompagnement à domicile à Meaux et à Fontainebleau.

Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio, « salue les équipes de la Clinique Saint-Jean L’Ermitage qui, en rejoignant le groupe Doctegestio trouvent un appui pour développer leurs compétences en santé. Cet agrément de l’ARS Ile-de-France prouve que, quelles que soient les circonstances qui ont amené un établissement à rejoindre le Groupe, l’excellence est à portée de main. Cette reconnaissance va nous permettre de renforcer la prise en charge des patients sur le territoire, tout en formant de nouvelles générations de praticiens. J’appelle d’ailleurs les praticiens de toute spécialité à rejoindre notre Groupe, ses 59 établissements et ses 426 praticiens de 51 spécialités, réunis sous la marque Doctocare. »

Doctegestio reprend l’activité restauration de la Clinique Saint-Brice à Provins

dg hotpot clinique saint brice

A partir du 1er octobre 2018, DG Hotpot, la filiale restauration du Groupe Doctegestio, assurera la gestion de l’activité restauration de la clinique Saint-Brice à Provins.

Reprise en février 2018, la Clinique Saint-Brice est l’un des onze établissements hospitaliers du Groupe Doctegestio.

Le Groupe développe ainsi son activité médicale, tout en assurant le bien-être des patients et des personnels grâce à l’intervention de DG Hotpot. 58 salariés travaillent au sein de la Clinique Saint-Brice, qui possède 4 blocs opératoires et réalise 6.500 actes médicaux par an.

DG Hotpot est la filiale du Groupe Doctegestio en charge de la fabrication des repas pour les Ehpad du Groupe situés en Moselle et en Haute Savoie, et le portage des repas en Moselle. Elle a intégré récemment la préparation des repas pour la clinique Malartic d’Ollioules. Elle assure également la restauration dans 9 villages de vacances Popinns, marque hôtelière du Groupe.

La société a fabriqué 450.000 repas en 2017 pour les établissements médico-sociaux soit 1.250 repas chaque jour dans 2 cuisines centrales et 3 cuisines d’établissement et plus globalement près de 800.000 repas ou vente en snack, pour un chiffre d’affaires de 4,6 millions d’euros, dans l’ensemble du dispositif. Pour réaliser cette production DG Hotpot emploie 45 personnes en équivalent temps plein toute l’année, et au plus fort de la saison près de 80 personnes travaillent dans les cuisines des établissements.

Auvergne-Rhône Alpes : Doctegestio choisi pour créer le 1er hôtel pour patients en France

hotel patient doctegestio

Afin de diminuer la part des nuitées en milieu hospitalier, la loi de financement de la sécurité sociale 2015 – reprise en 2017 par Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé – a ouvert la possibilité pour 41 établissements de santé de proposer une prestation d’hébergement temporaire non-médicalisé pour patients, en amont ou en aval des soins médicaux.

Le Centre Hospitalier (CH) d’Annecy (Haute-Savoie) est alors le premier établissement de santé à lancer un appel d’offre en 2017.

Un projet conjoint Doctegestio/Vinci

Parmi de nombreuses candidatures, c’est finalement le projet conjoint du groupe Doctegestio et du promoteur Adim, filiale de Vinci, qui a été choisi pour développer le premier “hôtel pour patients” en France.

Le groupe Doctegestio est aujourd’hui, de fait, l’unique acteur français offrant une expertise à la fois sur les métiers de la santé (avec sa marque Doctocare) et de l’hôtellerie (avec sa marque Popinns), tout en développant des partenariats public/privé. C’est ainsi qu’avec son partenaire Adim, le Groupe a convaincu le Centre Hospitalier d’Annecy de sa capacité à collaborer avec le secteur public. Le groupe Doctegestio devient donc le pionnier en France du développement et de la gestion de cette nouvelle forme d’hébergement. L’établissement doit ouvrir portes au printemps 2021.

Un hôtel pour patients alliant tradition et modernité

Le projet Doctegestio/Adim, élaboré avec le Cabinet d’architecte Sanae, est le fruit de plus de 18 mois de travail d’une équipe de 50 personnes.

L’hôtel pour patients, de catégorie 3 étoiles, disposera de 79 chambres confortables et de 20 appartements équipés, d’une salle de fitness, et d’un restaurant avec “take away”, dans un ensemble architectural alliant tradition et modernité avec un Manoir du 18ème siècle entièrement rénové et une extension nouvelle. Le tout sur une surface totale de 2 400 m2. Dans le cadre d’un contrat de concession de 35 ans, le groupe Doctegestio portera l’investissement immobilier et en assurera l’exploitation au moyen de sa marque hôtelière Popinns, présente sur l’ensemble du territoire.

Situé face au Centre Hospitalier “Annecy Saint Julien en Genevois” (la plus grande infrastructure hospitalière de Haute-Savoie), le projet s’inscrit sur une parcelle globale de 24 000 m2 incluant, outre le futur hôtel pour patients, un IFSI (Institut de Formation de Soins Infirmiers) et une large zone boisée.

Réduire la durée de séjour en améliorant les facteurs de rémission

Cet établissement non-médicalisé au positionnement innovant est destiné principalement à l’accueil des patients de l’hôpital avec leurs familles, de tous les professionnels de santé se déplaçant sur la zone, mais aussi à une clientèle classique (affaire, tourisme). L’établissement, à vocation hôtelière, portera une attention toute particulière à la prise en charge de ceux de ses clients qui sont des patients. Pour cela, le personnel sera notamment sensibilisé à l’accueil et à la prise en charge de patients, ce qui suppose de disposer d’informations sur le parcours de santé des patients, de mettre en place une cellule psychologique, des cours de sophrologie, ou encore des menus adaptés aux pathologies. Cet accompagnement alliant qualité de l’accueil, confort et coordination avec les services de santé dans le cadre d’un hôtel et non plus d’un hôpital, doit favoriser une meilleure rémission du patient tout en réduisant sa durée d’hospitalisation et donc le coût pour l’Assurance Maladie.

L’établissement dont le nom sera « Hôtel Le Manoir » est le 94ème projet hôtelier du groupe Doctegestio. Il confirme le positionnement du Groupe sur le développement de services alliant prestations classiques et accompagnement social à l’instar de la Villa Bellagio située près du centre anticancéreux Gustave Roussy à Villejuif, dans le Val de Marne.

“Le choix du groupe Doctegestio pour ouvrir le 1er hôtel pour patients de France n’est pas le fruit du hasard. Il vient consacrer des synergies entre les différents métiers du Groupe. Incomprises jusqu’à présent, ces synergies dans un Groupe qui réunit les métiers du médico-social, du sanitaire et du tourisme apparaissent comme étant porteuses de solutions d’avenir totalement cohérentes avec les politiques publiques et les besoins modernes. Améliorer l’accompagnement des personnes tout en réduisant le coût pour les finances publiques, telle est bien la volonté du Groupe que j’ai créé et que je préside. Ce projet n’est pas une reprise de structure en difficulté, c’est une création, tout comme l’Ehpad que nous construisons à Metz. C’est bien la confirmation que le Groupe est entré dans la seconde phase de son développement, celle qui lui permettra en 2022 d’atteindre un milliard de chiffre d’affaires avec plus de 20 000 salariés avec un fort impact social et solidaire.”

Bernard Bensaid, Président du groupe DocteGestio

Seine-et-Marne : Doctegestio reprend deux cliniques privées partenaires de l’Hôpital Public

clinique santepole 2018

Le groupe Doctegestio, autorisé à racheter le groupe de cliniques Saint Jean l’Ermitage, devient partenaire du groupe Hospitalier public Sud Île-de-France au sein du SantéPôle de Melun.

Que ce soit pour Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio comme pour le docteur Philippe Cosson, PDG du groupe de cliniques Saint-Jean-l’Ermitage, la décision du Tribunal de Commerce d’Evry du lundi 18 juin 2018 est une grande et belle nouvelle qui vient couronner des mois d’efforts communs.

Tandis que les cliniques privées Saint Jean et l’Ermitage de Melun et Dammarie-Les-Lys étaient en redressement judiciaire depuis le 8 janvier, des offres de rachat avaient été déposées notamment par l’Hôpital de Melun dont le projet était soutenu par l’ARS Île-de-France.

Le groupe du docteur Philippe Cosson ne sera toutefois pas vendu. Le plan de continuation présenté par Bernard Bensaid et le groupe Doctegestio a en effet été accepté hier par le Tribunal de Commerce d’Evry.

En devenant l’actionnaire de référence avec 82 % des parts sociales (le reste étant détenu par les praticiens), le groupe Doctegestio maintient ainsi la totalité des 283 emplois et des contrats de praticiens (près de 60) et s’engage à un remboursement progressif et croissant d’une dette de près de 10 M€ sachant que le chiffre d’affaires des cliniques est de 22 M€, en croissance depuis le début de l’année.

Le groupe Doctegestio devient donc, à compter d’aujourd’hui, l’une des parties prenantes de la plateforme SantéPôle de Seine-et-Marne, sur la Butte de Beauregard, au nord de Melun, aux côtés de l’Hôpital public. Ce partenariat public/privé avec l’Hôpital public représente un investissement global de plus de 250 M€ dont 70 M€ d’aides de l’Etat dans le cadre d’un projet dit COPERMO, c’est à dire validé en 2013 par le comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins hospitaliers. L’ensemble architectural de 88.000 m2 comporte 734 lits et places : il accueille déjà les deux cliniques et bientôt l’Hôpital public. La partie clinique a été conçue par l’Agence SANAE Architecture et comporte une façade forte en proue de l’Hôpital, selon une conception bio-climatique certifiée Haute Qualité Environnementale.

Les déclarations publiques de Monsieur Dominique Peljak, directeur du groupe hospitalier public Sud Île-de-France reconnaissant la décision du Tribunal et annonçant vouloir désormais travailler avec nous sont, pour le docteur Philippe Cosson et moi-même, les praticiens, les salariés et finalement la population du Sud Île-de-France une excellente nouvelle. Nous allons poursuivre et intensifier ce partenariat public/privé en santé, que nous avons d’ailleurs déjà initié en Centre Manche entre nos cliniques de Saint Lô et Coutances et l’Hôpital Mémorial France-Etats Unis dirigé par Thierry Lugbull. Le groupe Doctegestio devient un acteur de référence de la modernisation de notre système de santé.

Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio

Le groupe Doctegestio, un acteur à fort impact social et solidaire

Le groupe Doctegestio vous invite à découvrir ses objectifs et sa vision originale d’une économie collaborative à travers l’interview de son président fondateur Bernard Bensaid, réalisée par la revue Actualités Sociales Hebdomadaires.

Quelques chiffres

Le groupe Doctegestio est structuré autour de 5 métiers : le médico-social (Amapa), la santé (Doctocare), l’hôtellerie (Popinns), l’immobilier (Direct gestion) et l’innovation. Il emploie près de 8 000 collaborateurs dans 244 établissements (dont 16 établissements support) répartis dans une trentaine de départements français. Le Groupe a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 360 millions d’euros et a pour objectif d’atteindre 1 milliard de CA d’ici 5 ans.

Un modèle de développement unique, “synergétique” et collaboratif

Fondé jusqu’ici sur la reprise et l’adossement de structures en difficulté, Doctegestio, tout en poursuivant cette dynamique, se développe désormais en mettant ses différents métiers au service de projets transversaux en phase avec les politiques publiques de santé (hôtels hospitaliers …). Cette phase “synergétique” permet au Groupe de penser  “solution globale” en se positionnant sur le développement d’une filière autonomie pour proposer une réponse adaptée à chaque usager.

Mutualisation des moyens et qualité des services rendus

En plus des synergies développées au sein de son Groupe d’économie collaborative, Doctegestio base également son modèle économique sur la mutualisation des fonctions support (paie, facturation, comptabilité, achats, travaux communication …) permettant aux personnels d’intervention, d’accompagnement et de soin de se concentrer sur leur métier en se libérant des tâches administratives. La priorité est ainsi donnée à la qualité des services rendus aux usagers des établissements du Groupe.

Un acteur au cœur des territoires et de l’emploi

Dans le secteur social et médico-social, le groupe Doctegestio a sauvé à ce jour 90 services et 50 établissements et permis de préserver de nombreux emplois de proximité faisant de lui un véritable acteur impliqué au coeur des territoires.

Innovation et éthique

L’ADN du groupe Doctegestio c’est aussi de mettre les nouvelles technologies au service des publics qu’il accompagne. La digitalisation du parcours de l’usager mais aussi l’utilisation de l’intelligence artificielle sont des priorités pour le Groupe qui mène actuellement des recherches à ce sujet à l’aide des start-up qu’il incube. Pour Bernard Bensaid, le développement de nouvelles organisations sociales ne peut être dissocié d’une réflexion éthique qui donne sens à toutes les actions du Groupe.