Pourquoi se faire vacciner ?

La vaccination a pour but de vous protéger de maladies infectieuses, qui peuvent s’avérer être graves, voire même mortelles (la méningite, le tétanos, la rougeole, etc.). Se faire vacciner est tout aussi essentiel pour préserver notre entourage. Cela permet d’éviter de leur transmettre ces maladies infectieuses. La vaccination est efficace pour se protéger soi-même, mais également les autres.

Quels sont les vaccins recommandés et obligatoires en France ?

La vaccination concerne tous les Français. Cependant, elle alimente de nombreux débats pour plusieurs raisons : la vaccination est considérée comme une prévention contre quelque chose qui peut potentiellement nous arriver et son efficacité n’est pas totale. De plus, elle présente des effets secondaires qui peuvent s’avérer parfois importants (maux de tête, fatigue, sueurs, et dans les cas plus rares : affections hématologiques et du système lymphatique, affections de la peau et des tissus sous-cutanés, affections du système nerveux, etc.).

En France, 11 vaccins sont obligatoires. Ils concernent les bébés, à partir de la naissance jusqu’à 18 mois, et sont obligatoires pour qu’ils puissent accéder aux établissements de vie en collectivité (crèche, école, garderie, etc.). Les voici dans le calendrier vaccinal ci-dessous :

vaccination-info-service.fr

Pour rappel, les vaccins sur prescription médicale sont pris en charge par l’Assurance maladie à hauteur de 65%. Les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes souffrant de certaines affections de longue durée (ALD) ou obèses, peuvent quant à elles obtenir un remboursement de 100% de leurs vaccins. Il en va de même pour le vaccin Rougeole – Oreillons – Rubéole (ROR), qui est remboursé à 100% pour les enfants et les jeunes de 12 mois à 17 ans. Par contre, les vaccins obligatoires ou recommandés pour effectuer un voyage à l’étranger ne sont pas pris en charge par l’Assurance maladie.  

La vaccination pour les adultes 

La vaccination ne concerne pas seulement les enfants. Il est important pour les adultes d’effectuer leurs rappels de vaccin, car l’immunité qu’ils procurent ne dure pas toute la vie. De plus, certains vaccins sont recommandés chez l’adulte dans certaines situations particulières (avant une grossesse, maladie chronique, personne fragile dans l’entourage).

Recommandations générales de vaccins

Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Coqueluche

Rappel à 25 ans.

Méningites et septicémies à méningocoque C

Pour les adultes non vaccinés dans l’enfance ou l’adolescence, la vaccination est recommandée jusqu’à 24 ans inclus. Il existe également des vaccins particuliers comme la coqueluche, la grippe, la fièvre jaune, hépatite A, hépatite B, papillomavirus, méningite ou encore varicelle.

La coqueluche

La coqueluche de l’adulte est une maladie le plus souvent méconnue. Elle se diagnostique face à une toux (augmentant la nuit et responsable d’insomnie) sans cause évidente qui persiste ou s’aggrave au-delà d’une semaine. 

Même si cette maladie n’est pas très grave pour l’adulte, les personnes peuvent transmettre la coqueluche à des nourrissons, et cela sera risqué pour eux. Cette vaccination est recommandée pour les adultes non vaccinés contre la coqueluche au cours des dix dernières années ayant le projet d’avoir un enfant, ou faisant partie de l’entourage d’une femme enceinte.

La grippe

Le vaccin contre la grippe s’effectue chaque année à l’approche de l’hiver. 

La vaccination contre la grippe est recommandée :

  • aux femmes enceintes, 
  • aux personnes âgées de plus de 6 mois présentant des maladies respiratoires, cardiovasculaires, neurologiques et neuromusculaires, des reins et du foie, des troubles métaboliques, de l’immunité et maladies sanguines,
  • à l’entourage des nourrissons considérés comme fragiles (prématurés, maladies infantiles, etc.),
  • aux personnes obèses,
  • à l’entourage des personnes immunodéprimées,
  • aux personnes qui travaillent ou vivent dans un établissement de soins ou médico-social,
  • aux personnes âgées de plus de 65 ans.

Les personnes à risques sont directement concernées par ce vaccin et les modalités de vaccination sont simplifiées (il est possible de retirer le vaccin directement en pharmacie sans consultation médicale après réception du bon de prise en charge par l’Assurance maladie à domicile).  Le vaccin met 3 semaines avant de faire effet dans le corps, c’est pour cela qu’il faut le faire avant la période hivernale. Comme énoncé précédemment, ce vaccin est remboursé à 100% pour les personnes à risques.

La fièvre jaune

La fièvre jaune se traduit par une hépatonéphrite. Elle atteint le foie et les reins et se transmet par une piqûre de moustique. Il est nécessaire de se faire vacciner contre cette maladie lorsqu’un voyage est prévu dans un pays ou le virus est en circulation (Algérie, Allemagne, Angola, Argentine, Arménie, etc.) La vaccination contre la fièvre jaune permet d’obtenir une protection efficace (95%) au bout de dix jours après son injection. 

Hépatite A

L’hépatite A est une maladie infectieuse aiguë du foie provoquée par un virus (VHA). Elle est différente de l’hépatite B ou C pour deux raisons : les modes de transmission sont différents et la maladie ne peut pas devenir chronique. 

Le principal mode de transmission est entre deux personnes par voie féco-orale. Cela se traduit par une infection : un élément qui a été contaminé par les selles d’une personne infectée par le VHA est absorbé par une personne qui n’est pas immunisé. La transmission peut également se faire par voie sexuelle, favorisée par les contacts oro-anaux. Cette contamination à l’hépatite A peut avoir lieu suite à un manque de lavages réguliers des mains. Il est recommandé aux jeunes dans des établissements d’accueil, aux patients atteints de mucoviscidose et/ou de pathologie hépatobiliaire chronique, aux homosexuels masculins et aux voyageurs dans les pays de moyenne et haute endémicité de se faire vacciner contre l’hépatite A. 

Hépatite B

Le virus de l’hépatite B s’attrape par contact avec le sang, ou lors de rapports sexuels non protégés avec une personne infectée. Le virus se manifeste par une jaunisse (coloration jaune de la peau et des yeux), de la fatigue et des vomissements. Elle peut cependant aussi passer inaperçue.

Le risque principal de l’hépatite B est qu’elle devienne chronique et entraîne le développement d’une cirrhose ou d’un cancer du foie. Dans la population adulte, le risque de développer une hépatite B chronique est d’environ 1 sur 10. Une personne qui a été infectée par le virus de l’hépatite B reste infectée et contagieuse toute sa vie.
La vaccination est recommandée pour tous à l’adolescence au plus tard.

Papillomavirus

Les papillomavirus humains (ou HPV) se transmettent principalement par voie sexuelle, à l’occasion d’un rapport sexuel et/ou de simples caresses. Environ 8 femmes sur 10 sont exposées à ce virus dans leur vie. La vaccination papillomavirus est une prévention des lésions précancéreuses et/ou cancéreuses du col de l’utérus, de la vulve du vagin et de l’anus.

La vaccination est recommandée pour toutes les jeunes femmes débutant leurs rapports sexuels entre 11 et 14 ans.

Méningite

La méningite correspond à l’inflammation des méninges. Les méninges sont les enveloppes du système nerveux qui correspondent à la moelle épinière et au cerveau.

Le plus souvent, la méningite est virale (due à un virus), mais elle peut être bactérienne. C’est dans ces cas où elle est la plus grave. Il faut traiter la/les bactérie(s) par antibiotique pour diminuer les risques de décès (20 % chez l’adulte) et de séquelles (30 %).

Les principales bactéries, sont le pneumocoque, le méningocoque et l’Haemophilus. La vaccination et les antibiotiques préventifs sont les deux moyens de prévenir au mieux ces bactéries.

Varicelle

La varicelle est une maladie virale qui touche en grande partie les enfants. Les adultes sont normalement immunisés et protégés contre l’infection. Cependant, certains adultes qui n’ont jamais attrapé la varicelle étant jeunes peuvent être touchés par le virus à l’âge adulte. La varicelle peut alors présenter des formes graves et des complications pulmonaires ou neurologiques. Les adultes infectés peuvent également transmettre le virus à des enfants ou femmes enceintes ce qui engendre des conséquences graves.

Bien que peu respectée, la vaccination est fortement recommandée pour les adultes qui n’ont pas d’antécédent de varicelle, s’ils sont en contact avec des femmes en âge de procréer ou venant d’accoucher ou s’ils ont été exposés à la varicelle depuis moins de 3 jours.

Les dernières actualités

Pas encore de commentaire.


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *