Des témoignages encourageants

Les thérapies groupées

« J’ai arrêté de fumer il y a maintenant plus de 4 ans. J’ai arrêté avec mon mari, ensemble, en attendant que, lui, se décide à arrêter car on ne peut pas forcer quelqu’un à avoir la volonté. Car il en faut. C’est dur et je le revendique. J’ai écrit un journal sur les pensées du moment, mes colères, mes pétages de plomb, etc. le sevrage tout simplement. Cela m’a bien aidé à surmonter, à comprendre et, du coup, je l’ai mis sur internet pensant peut-être à aider, si ce n’est qu’une seule personne.

Voilà, ça fait maintenant plus de 4 ans. J’ai passé de durs moments mais maintenant c’est complètement fini, j’en suis sortie, même si j’ai encore quelques envies de temps en temps mais qui se font de plus en plus rares. Il faut penser à autre chose et ça passe, tout seul… Bon courage…”.

Sandrine (34 ans) 

Dans le précédent article sur le sujet, nous vous avons exposé différentes manières d’arrêter de fumer. Aussi bien physique que psychologique, cette dépendance peut être appréhendée différemment. Dans certains cas, il est plus facile d’arrêter de fumer en duo ou en groupe. C’est pourquoi il existe des thérapies groupées. L’entraide et l’avancée d’une autre personne sont des sources de motivation. C’est pourquoi ces thérapies sont très populaires et il est possible de commencer par elles en ce mois sans tabac.

E-cigarette 

« Bonjour, et tout d’abord merci à stop tabac qui m’a bien aidé, je suis une ex-fumeuse depuis 6 mois, j’ai vapoté ma e-cigarette pendant 5 mois ce qui m’a bien aidé car pas de manque, j’ai diminué la dose de nicotine au fur et à mesure des mois. Et il y a 1 mois j’ai perdu une cigarette, il m’en restait juste une, et celle-ci tombe en panne, plus de vapeur !!!! J’ai donc continué sans e-cigarette, première semaine un peu dure, puis depuis 15 jours tout va bien, je suis trop contente. En plus mon mari fume toujours, je le regarde et me dis, quel plaisir de ne plus fumer, odeur désagréable dans la bouche, vêtements, etc… Alors bon courage à tous et toutes. Il faut être motivée, tout se passe dans la tête. »

Evelyne (61 ans)

Les spécialistes sont en accord pour dire que la cigarette électronique est un excellent moyen d’arrêter de fumer. En effet, une dose de nicotine permet de pallier au manque. Cette dose s’ajuste au fur et à mesure du temps. Le but étant de la diminuer jusqu’à l’arrêt complet de nicotine. De nombreux témoignages affirment que de passer par la e-cigarette aide psychologiquement, contrairement à des méthodes plus drastiques. 

La méthode Allen Carr

« Bonjour à tous. J’ai 46 ans et suis fumeuse depuis mes 18 ans à peu près. Jusqu’à mes 35 ans, je ne ressentais aucune envie d’arrêter le tabac car j’étais jeune et pleine d’énergie… Mais le temps passe et la psychologie des gens change, notamment après avoir appris que j’avais une polyarthrite et que mon espérance de vie était de ce fait diminuée de quelques années. De plus, après avoir consulté des tas d’articles sur cette maladie sur le web, j’ai appris que la maladie pouvait être le résultat d’un tabagisme de longue date. J’ai commencé à devenir hypocondriaque et à souffrir de cela. Plus aucune journée ne passait sans qu’un petit bobo où gêne ne me fasse penser au pire ! Le tabac est un piège pernicieux et redoutable car si le danger est bien réel, arrêter de fumer est si simple que cela en devient contradictoire. Pour ma part, j’ai lu le livre d’Allen Carr (En finir avec la cigarette) et en le terminant, et même avant de le terminer, j’ai réalisé à quel point on pouvait être autodestructeur. Il suffit de ne pas allumer une prochaine cigarette et de profiter de la liberté que cela nous procure. Lisez ce livre avec sérieux et concentration, il vous donnera les clés pour profiter de votre nouvelle vie sans tabac. Et pour ceux qui se sentent nuls de ne pas y arriver, sachez que ce n’est pas de la volonté dont vous avez besoin mais de la pleine conscience que la vie peut être belle sans la cigarette. Je vous envoie par ces mots toute ma sympathie, vous pouvez y arriver ! »

Alexandra (46 ans)

Allen Carr, auteur à succès et ancien gros fumeur, a créé une méthode pour arrêter de fumer qu’il a transcrite dans son ouvrage “The Easy Way to Stop Smoking”. Selon lui, que l’on soit fumeur depuis des dizaines d’années ou peu de temps, que l’on fume un paquet de cigarettes par jour ou 5 cigarettes, la dépendance reste la même. Pour Allen Carr, la dépendance chimique à la nicotine n’est rien en comparaison de l’esclavage que représente la dépendance psychologique. Le problème de la cigarette est la nicotine. Cette substance qui est dans la cigarette est celle qui fait ressentir l’envie. Elle joue sur le cerveau et les peurs. C’est elle qui crée la sensation de manque et c’est à cause de ces effets que l’on n’arrive pas à arrêter la cigarette. 

Allen Carr explique : “La 1ère cigarette n’est pas bonne, la deuxième un peu moins infâme et ensuite on commence à prendre du plaisir. Pourquoi ? C’est cette substance (nicotine) qui dit  au cerveau que fumer détend et qu’on a besoin de fumer pour cela. La nicotine est un effet puissant qui va mentir au cerveau. Pour arrêter de fumer, il faut donc arrêter la nicotine. Elle est qualifiée d’ennemi numéro 1 et imagée par un monstre contre lequel il faut se battre.”

Pour combattre la nicotine c’est simple : sachant qu’elle reste 3 semaines dans le corps, il faut donc arrêter de fumer pendant minimum 3 semaines. Ces 21 premiers jours peuvent être compliqués. Au début, la nicotine va tromper le cerveau et faire ressentir un manque. C’est pourquoi beaucoup se tournent vers la nourriture. En effet, les fumeurs pèsent à peu près 3kg de moins que le poids qu’ils devraient avoir. Cette nicotine joue un véritable rôle sur notre bien-être et fausse cet effet. Il faut comprendre cela pour pouvoir arrêter. La nicotine ne fait que tromper le cerveau et notre psychologie.

La méthode d’Allen Carr est basée sur des séances de groupe. Il n’y a pas besoin d’utiliser sa volonté pour arrêter de fumer. Le plus important est de démonter un certain nombre d’idées et de croyances par rapport au tabac. 

Les substituts nicotiniques

« Bonjour, j’ai arrêté de fumer récemment, il y a 5 jours. Je me suis levée et j’ai dit stop aux clopes ! J’étais une grosse fumeuse, j’ai commencé à 16 ans jusqu’à mes 54 ans et je n’ai jamais fait de tentatives d’arrêt car je savais au fond de moi que je n’étais pas prête. L’idée d’arrêter de fumer me terrorisait et me mettait dans un tel état ! Mon rêve le plus fou était d’y arriver. Je mets tous les matins un patch à 21 g. Pour l’instant, aucune envie de fumer et aucune souffrance. Je suis une femme très angoissée de nature et pourtant plus d’angoisse depuis cet arrêt ! Je me sens super bien et joyeuse. À croire que le stress vient souvent de la cigarette, car nous sommes dans une dépendance étant fumeur et je pense que l’on perd notre confiance ! Donc si j’y arrive, vous pouvez arrêter. »

Brigitte (54 ans)

Les substituts nicotiniques sont d’une aide précieuse. En effet, la nicotine présente dans les patchs ou les gommes aide à ne pas ressentir le manque. Il suffit de doser ces substituts de manière adaptée et adopter de nouvelles habitudes. Physiquement parlant, votre corps ne ressentira donc pas le manque de cigarette et la volonté s’occupera de l’aspect psychologique. 

Les dernières actualités

Pas encore de commentaire.


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *